Publié le : mercredi 27 avril 2022

Moldavie : des explosions en Transnitrie font craindre une « intervention » russe

moldavie explosions transnitrie font craindre intervention russe - La DiplomatieCe 25 et 26 avril, en Moldavie, des explosions ont visés des cibles pro-russes dans la région séparatiste de Transnitrie. La présidente moldave, la pro-européenne Maia Sandu, craint que la Russie se serve de ce prétexte pour intervenir militairement. Le spectre d’un scénario similaire à l’Ukraine plane sur le pays.

La Transnitrie est une « république » autoproclamée en Moldavie, située à la frontière du pays avec l’Ukraine. Ce territoire pro-russe a déclaré son indépendance en 1992, en même temps que celle de la Moldavie. La « république » de Transnitrie est soutenue militairement et économiquement par Moscou. 1500 soldats russes y stationnent notamment, même si la Russie n’a pas officiellement reconnu l’indépendance du territoire.

Des attaques contre des cibles pro-russes en Transnitrie, prétexte à une intervention russe en Moldavie ?

Or, ce 25 avril, les autorités de Transnistrie ont affirmé que le siège du ministère de la Sécurité publique situé dans Tiraspol, la « capitale » de la région séparatiste, avait été la cible d’une attaque au lance-grenades.

Le lendemain, le 26 avril, le ministère de l’Intérieur de la Transnitrie a annoncé que deux détonations avaient endommagé deux antennes relayant les fréquences radiophoniques russes. Dans la foulée, les autorités de Transnitrie ont relevé pour 15 jours le niveau d’alerte terroriste. Renforce de ce fait le pouvoir des forces de sécurité.

Ce 26 avril, la présidence moldave a organisé un conseil de sécurité. « Il s’agit d’une tentative pour accroître les tensions », a déclaré la présidente pro-européenne Maia Sandu. Dans le même temps, l’Ukraine a accusé Moscou de chercher à « déstabiliser » la région séparatiste.

Ces événements surviennent dans un contexte où plusieurs hauts-gradés de l’armée russe ont récemment affirmé qu’une intervention en Moldavie était possible. Le général Roustam Minnekaïev, commandant adjoint des forces du District militaire du Centre de la Russie, a notamment déclaré que la population russophone de Moldavie était victime « d’oppression ».

La situation rappelle celle de l’Ukraine et du Donbass. De quoi craindre que ces prétendus « troubles » soient des prétextes permettant de justifier une invasion russe de la Moldavie.

Réagir à cet article

XHTML: Vous pouvez utiliser les html tags: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Newsletter

Les actus en vidéo