Publié le : jeudi 10 mars 2022

Sommet de Versailles : le conflit en Ukraine et ses conséquences au coeur des discussions

sommet versailles conflit ukraine consequences coeur discussions - La DiplomatieCes jeudi 10 mars et vendredi 11 mars 2022, la France, en tant que présidente de l’Union Européenne, reçoit les Vingt-Sept à Versailles, pourun sommet informel marqué par le conflit entre l’Ukraine et la Russie. Adhésion de l’Ukraine, de la Géorgie et de la Moldavie à l’Union, indépendance stratégique et militaire, autonomie énergétique, possible nouveau plan d’investissement par endettement commun… Les dossiers seront aussi nombreux que cruciaux.

La rendez-vous était réservé de longue date, mais le sens du sommet de Versailles, qui s’ouvre pour deux jours ce 10 mars 2022, sera forcément infléchi par le conflit en cours en Ukraine. Dans le cadre de la Présidence Française de l’Union Européenne, Emmanuel Macron reçoit les États membres, pour un sommet informel. Mais les problématiques liées à l’invasion russe seront au centre des débats.

La question des candidatures de l’Ukraine, de la Géorgie et de la Moldavie à rejoindre l’Union promet notamment des discussions animées. La plupart des pays de l’Est de l’Europe sont favorables à une adhésion accélérée. La France ou l’Allemagne soulignent que le processus d’adhésion est extrêmement complexe, et prend forcément des années. Aucune chance, donc, que ces pays rejoignent l’Union dès la semaine prochaine. Mais une avancée, même symbolique, sur cette question pourrait envoyer un signal fort à la Russie.

Adhésion de l’Ukraine, défense, autonomie stratégique, énergie, plan d’investissement : un menu copieux pour le sommet de Versailles

Les Vingt-Sept évoqueront aussi les questions de Défense et d’autonomie stratégique. Les États membres devraient ainsi s’engager à « résolument augmenter [leurs] investissements de défense et de technologies innovantes ». De quoi probablement finaliser, à la fin du mois à Bruxelles, la « boussole stratégique » préparée depuis de longs mois par la diplomatie européenne.

L’énergie sera un autre gros morceau de ce sommet. Conformément à un plan présenté en début de semaine par la Commission Européenne, les Vingt-Sept ont la volonté « d’en finir avec notre dépendance au gaz, au pétrole et au charbon russes », et plus globalement d’assurer l’autonomie énergétique du continent. Pour cela, il faudra trouver de nouveaux fournisseurs, et augmenter les stocks en vue de l’hiver 2022-2023. Mais, surtout, accélérer la décarbonation et l’efficacité énergétique.

D’où la proposition française d’un nouveau plan d’investissement européenne par endettement commun. Un projet similaire au plan NextGenEU adopté en 2020 suite à la pandémie de Covid-19. Mais les Pays-Bas et l’Allemagne, champions de l’ordolibéralisme, ne semblent pas favorables à cette mesure.

Si Paris réussissait à emporter l’adhésion de l’Union sur cette question, un verrou idéologique pourrait bien sauter. Et annoncer une nouvelle ère économique pour l’Union. Mais rien n’est moins sûr…

 

Réagir à cet article

XHTML: Vous pouvez utiliser les html tags: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Newsletter

Les actus en vidéo