Publié le : mercredi 17 novembre 2021

Pourquoi la Russie finance-t-elle le cimetière de Saint-Geneviève-des-Bois ?

pourquoi russie finance cimetiere saint-genevieve-des-bois - La DiplomatieFin octobre 2021, comme tous les ans, la Fédération de Russie a signé une convention avec le maire de la commune de Sainte-Geneviève-des-Bois pour prendre en charge l’entretien d’une partie des tombes du cimetière, pour plusieurs centaines de milliers d’euros. Il s’agit des concessions arrivées à échéance, et où reposent des membres de la diaspora russe. Le cimetière de Sainte-Geneviève-des-Bois est en effet la plus importante nécropole russe hors de Russie.

Au début du XXème siècle, Paris et sa région ont accueilli un nombre important d’immigrés russes fuyant la révolution socialiste. A partir de 1926, cette diaspora a pris l’habitude de se faire enterrer dans une section du cimetière de Sainte-Geneviève-des-Bois. Progressivement, le lieu a acquis une valeur de symbole pour la communauté russe de France. Aujourd’hui, de nombreux Russes vivant en France souhaitent s’y faire enterrer, quelle que soit leur obédience politique.

Aujourd’hui, avec 5 200 tombes, le cimetière de Sainte-Geneviève-des-Bois est ainsi la plus importante nécropole russe hors de Russie. Et Moscou soutient la pérennisation ce lieu de mémoire. En effet, voici 13 ans que la Fédération de Russie finance l’entretien des concessions russes arrivées à échéance.

Fin octobre 2021, comme tous les ans, une convention a été signée entre le maire de Sainte-Geneviève-des-Bois et la fédération de Russie. Cette dernière va transmettre plusieurs centaines de milliers d’euros pour entretenir le cimetière. En tout, Moscou a envoyé plus de 2 millions d’euros à la commune francilienne.

Le cimetière de Sainte-Geneviève-des-Bois, un morceau de Russie en Île-de-France

La Fédération de Russie a d’ailleurs démarré un inventaire des tombes présentes dans le cimetière. L’idée est de rénover les plus remarquables. De nombreuses figures culturelles de la Russie reposent en effet à Sainte-Geneviève-des-Bois. Citons, notamment, le prix Nobel de littérature Ivan Alexeïevitch Bounine, le cinéaste Andreï Tarkovsky, le danseur Rudolf Noureev, ou les peintres Serebriakoff et Poliakoff.

De son coté, la mairie de Sainte-Geneviève-des-Bois entend valoriser ce trésor culturel. « Le cimetière fait aujourd’hui incontestablement partie du patrimoine historique et culturel de notre commune. Nous souhaitons favoriser ce tourisme culturel, même si la crise sanitaire est pour l’instant venue contrarier nos efforts », pointe Frédéric Petitta, maire (PS) de la ville.

Réagir à cet article

XHTML: Vous pouvez utiliser les html tags: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Newsletter

Les actus en vidéo