Publié le : jeudi 9 septembre 2021

Après le putsch, la Cedeao menace la Guinée

apres putsch cedeao menace guinee - La DiplomatieCe 5 septembre 2021, en Guinée, un groupe de militaires mené par le chef des forces spéciales le colonel Mamady Doumbouya a pris le pouvoir, renversant (et emprisonnant) le président Alpha Condé. En réaction, la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (Cedeao) a décidé de suspendre le pays de toutes ses instances. L’organisation menace aussi la Guinée de sanctions plus importantes. Ce 9 septembre 2021, une “mission de haut niveau” de la Cedeao est arrivée à Conakry.

Créées en 2018 par le président de la Guinée, Alpha Condé, les Forces spéciales étaient censées sécuriser militairement le pays. Mais elles ont fini par se retourner contre le pouvoir en place. Le 5 septembre 2021, menées par le colonel Mamady Doumbouya, ancien membre de la Légion étrangère, ces Forces spéciales ont en effet pris d’assaut la capitale. Après avoir vaincu les bérets rouges de la garde présidentielle, les militaires ont capturé et emprisonné Alpha Condé. Ils ont ensuite installé un gouvernement qu’ils veulent “de transition”, dirigé par Mamady Doumbouya.

La Cedeao exclue la Guinée de toutes ses instances et envoie une “mission de haut niveau”

Ce mercredi 8 septembre 2021, la Cedeao a organisé une réunion virtuelle exceptionnelle sur le cas guinéen. Voulue par le président de la Cedeao et chef d’État ghanéen, Nana Akufo-Addo, cette réunion a validé l’exclusion de la Guinée de toutes les instances de l’organisation. Le président ghanéen dénonce une « violation claire de notre charte sur la bonne gouvernance ». La Cedeao a également exigé “le respect de l’intégrité physique d’Alpha Condé”, ainsi que sa libération immédiate.

Au lendemain du coup d’Etat, la Cedeao avait déjà réclamé « le retour à l’ordre constitutionnel sous peine de sanctions ». Une “mission de haut de niveau” de l’organisation est arrivée à Conakry ce 9 septembre 2021. Reste à savoir de quelle marge d’action dispose la Cedeao pour mettre la pression sur les putschistes. Les militaires prétendent vouloir lutter contre « la gabegie financière », la « corruption » et “le piétinement des droits des citoyens”. Ils jouissent d’ailleurs d’une certaine popularité auprès de la population.

 

Réagir à cet article

XHTML: Vous pouvez utiliser les html tags: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Newsletter

Les actus en vidéo