Publié le : mardi 6 juillet 2021

“Marc Riboud – Histoires possibles” : des photographies qui racontent le XXème siècle

04 marc riboud histoires possibles xxeme siecle - La DiplomatieL’oeuvre photographique de Marc Riboud, ancien de l’agence Magnum, décédé en 2016, rentre dans les collections nationales. Pour fêter cet événement, le musée Guimet consacre une rétrospective à ce photographe attentif, élève de Cartier-Bresson, travaillant exclusivement en noir et blanc, et grand témoin de la seconde moitié du XXème siècle.

Marc Riboud est né en 1923. Jeune provincial monté à Paris pour devenir photographe (où il rencontre Robert Capa et Henri Cartier-Bresson), sa carrière décolle avec une photographie devenue iconique. En 1953, il capture le travail nonchalant d’un peintre travaillant sur la Tour Eiffel. La photo fait le tour du monde – elle est même vendue par Robert Capa au prestigieux magazine américain Life. Elle permet surtout à Marc Riboud d’entrer dans l’agence Magnum, où il fera toute sa carrière.

Marc Riboud : de Washington à l’Asie, l’itinéraire d’un témoin de son temps

Il est l’auteur d’une autre photographie iconique, celle de cette jeune fille tendant une fleur à des soldats, pendant les manifestations contre la guerre du Vietnam, à Washington, en 1967. Mais c’est bien de l’Asie qu’il ramènera le plus de clichés, au fil de nombreux voyages. Témoin de son temps, il photographie les indépendances africaines dans les années 1960, le Vietnam et la Chine au tournant des années 1960 et 1970, mais aussi le procès du Watergate, l’Europe de l’Est de la fin des années 1970, la prise d’otage de l’ambassade américaine à Téhéran en 1979, la fin de l’apartheid en Afrique du Sud ou l’élection de Barack Obama à la présidence des Etats-Unis.

Auteur de nombreux livres de photographies, notamment suite à ses voyages en Asie, il meurt, en 2016. Son épouse, Catherine Riboud Chaine, organise juste après sa mort la donation de la totalité de son fonds, cinquante mille négatifs, diapositives et épreuves sur papier, au Musée des Arts Asiatiques – Guimet.

C’est cette institution qui consacre en ce moment (et jusqu’au 6 septembre 2021) sa première rétrospective à ce photographe majeur de la seconde moitié du vingtième siècle. Baptisée “Marc Riboud – Histoires possibles”, elle offre un parcours chronologique dans cette oeuvre exclusivement en noir et blanc, profondément humaniste.

 

 

Réagir à cet article

XHTML: Vous pouvez utiliser les html tags: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Newsletter

Les actus en vidéo