Publié le : mardi 8 juin 2021

Les Etats-Unis étendent leur interdiction d’investissement dans les entreprises chinoises

05 etats-unis interdiction investissement entreprises chinoises - La DiplomatieCe jeudi 3 juin, la Maison-Blanche a publié une nouvelle liste noire de 59 entreprises chinoises liées au « complexe militaro-industriel », dans lequel tout investissement en provenance des Etats-Unis est désormais interdit. L’administration Biden renforce ainsi les mesures de rétorsion mises en place par Donald Trump et ses équipes.

Défendre les Etats-Unis contre les intrusions des entreprises chinoises : c’est l’un des points d’accord profonds entre l’actuel président des Etats-Unis, le démocrate Joe Biden, et son prédécesseur républicain Donald Trump. Ce jeudi 3 juin 2021, la Maison-Blanche a ainsi étendu la « liste noire » d’entreprises chinoises dans lesquels les Américains n’ont pas le droit d’investir.

Créée par Donald Trump, cette liste comporte désormais 59 entreprises associées au « complexe militaro-industriel » chinois et au secteur de la surveillance, contre 31 l’année dernière. « Ce décret autorise les Etats-Unis à interdire – de manière ciblée et circonscrite – tout investissement américain dans des entreprises chinoises qui portent atteinte à la sécurité ou aux valeurs démocratiques des Etats-Unis et de nos alliés », précise la Maison-Blanche.

« Des menaces inhabituelles et extraordinaires »

Le décret entrera en vigueur le 2 août. Pour les nouvelles entreprises concernées, les investisseurs américains auront un an pour se désengager. Cette interdiction comprend non seulement les investissements directs, mais aussi les participations dans des fonds détenant les 59 entreprises.

Les sociétés visées appartiennent aux secteurs de la défense, de l’énergie, notamment nucléaire, de l’aéronautique, de la construction navale ou ferroviaire. L’interdiction touche également Semiconductor Manufacturing International Corporation (SMIC), le principal fabricant de semi-conducteurs de Chine.

« L’utilisation de la technologie de surveillance chinoise en dehors de la République populaire de Chine, ainsi que le développement ou l’utilisation de la technologie de surveillance chinoise pour faciliter la répression ou les violations graves des droits humains, constituent des menaces inhabituelles et extraordinaires », conclue la Maison-Blanche.

Réagir à cet article

XHTML: Vous pouvez utiliser les html tags: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Newsletter

Les actus en vidéo