Publié le : mardi 11 mai 2021

Liban : Jean-Yves Le Drian, des menaces inefficaces ?

07 liban jean-yves le drian menaces inefficaces - La DiplomatieEnfoncé dans une impasse politique, qui ne fait que renforcer les effets de la crise sociale et économique qui dévaste le pays depuis des mois, le Liban avance sans gouvernement depuis 9 mois. En visite à Beyrouth, le ministre des Affaires Etrangères français, Jean-Yves Le Drian, a menacé la classe politique libanaise de sanctions si elle ne parvient pas à mettre rapidement en place un gouvernement viable. Reste à savoir quelle portée auront ces menaces…

Neuf mois après l’explosion meurtrière sur le port de Beyrouth, qui a entraîné la chute du premier ministre Hassan Diab, le Liban n’a toujours pas de gouvernement. En octobre 2020, Saad Hariri a été choisi pour former un nouvel exécutif. Mais l’ancien premier ministre, leader du Courant du Futur, poussé à la démission fin 2019 pour des accusations de corruption, n’y est toujours pas parvenu.

De profonds désaccords sur la répartition des ministères empêche en effet pour l’heure toute entente. Les différentes factions communautaires campent sur leurs positions. Le sunnite Saad Hariri ne parvient notamment pas à se mettre d’accord avec le président chrétien Michel Aoun. Le tout alors que le Liban s’enfonce dans une crise économique et sociale d’une ampleur inédite. Le nombre de Libanais sous le seuil de pauvreté dépasse désormais les 45%. Des familles peinent à se nourrir.

Au Liban, Jean-Yves Le Drian pousse la classe politique à “assumer ses responsabilités”

Face à cette situation explosive, la diplomatie française a d’abord voulu jouer la carte de la négociation. Sans effet. Dès lors, le ministre des Affaires Etrangères, Jean-Yves Le Drian, a décidé de tenter la manière forte. « Je constate que les acteurs politiques n’ont pas encore assumé leurs responsabilités […] S’ils n’agissent pas dès aujourd’hui, ils devront assumer les conséquences de cet échec », a ainsi lancé Jean-Yves Le Drian, en visite à Beyrouth ce 7 mai 2021.

La France a notamment décidé de restreindre l’accès au territoire français des dirigeants libanais. Jean-Yves Le Drian menace aussi d’utiliser « les instruments de pression dont dispose l’Union européenne et sur lesquels une réflexion a déjà commencé ». Mais, pour mettre en place de véritables sanctions au niveau européen, il faudrait l’accord des Vingt-Sept. Or, plusieurs Etats, notamment la Hongrie, sont opposés à toute sanction contre les dirigeants libanais…

 

Réagir à cet article

XHTML: Vous pouvez utiliser les html tags: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Newsletter

Les actus en vidéo