Publié le : mardi 20 avril 2021

Le FMI propose de taxer les plus riches et les entreprises qui ont profité de la pandémie

09 fmi propose taxer plus riches entreprises profite pandemie - La DiplomatieDans son dernier Rapport des finances publiques dans le monde, le Fond Monétaire International (FMI), par la voix de son responsable du département des affaires budgétaires, Vitor Gaspar, a proposé aux Etats de taxer davantage, de manière temporaire, les particuliers les plus riches et les entreprises qui profitent le plus de la pandémie. Cette mesure solidaire permettrait de lutter contre les inégalités.

Le FMI poursuit sa mue vers une politique économique de plus en plus néo-keynesienne. Autrefois champion de l’austérité et de la lutte contre les déficits, le fond défend désormais davantage les relances par la consommation, ou la fiscalité ciblée. Après s’être affirmé favorable à une fiscalité minimale mondiale pour les entreprises, le FMI enfonce le clou avec son dernier Rapport des finances publiques dans le monde, publié le 7 avril 2021.

Dans ce texte, le  responsable du département des affaires budgétaires du FMI, Vitor Gaspar, défend une imposition plus solidaire. Il propose notamment aux gouvernements de mettre en place un impôt temporaire. Sa cible ? Ceux qui ont le plus profité de la crise du Covid-19, particuliers et entreprises. Cette nouvelle taxe permettrait de soutenir ceux qui ont été, à l’inverse, touché le plus violemment.

Taxer (temporairement) les particuliers et les entreprises les plus riches, une solidarité de bon sens pour le FMI

« Les pays […] peuvent envisager de prélever des contributions temporaires au recouvrement du Covid-19 en complément des taux les plus élevés de l’impôt sur le revenu des particuliers […]. Alternativement, les impôts sur les bénéfices ‘excédentaires’ en plus ou à la place de l’impôt ordinaire sur les sociétés peuvent assurer une contribution des entreprises qui prospèrent pendant la crise (comme certaines entreprises pharmaceutiques et hautement numérisées) », détaille ainsi le rapport.

Le FMI cite plusieurs cas où de telles mesures ont fait preuve de leurs efficacités. Et insiste pour que les gouvernements les adoptent. Elles montreraient en effet « que tout le monde contribue à l’effort nécessaire pour se remettre du Covid-19 ». Et offriraient des recettes fiscales bienvenues. Ces sommes permettrait notamment “d’améliorer l’accès aux services de base, de renforcer les filets de Sécurité sociale et de redynamiser les efforts pour atteindre les objectifs de développement durable », conclue le FMI.

Réagir à cet article

XHTML: Vous pouvez utiliser les html tags: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Newsletter

Les actus en vidéo