Publié le : vendredi 19 mars 2021

Rencontre Etats-Unis-Chine : une première passe d’armes explosive

rencontre etats-unis chine passe armes explosive - La DiplomatieAux Etats-Unis, la nouvelle administration Biden est déterminée à tenir tête à la Chine, tant sur les questions économiques que diplomatiques, en passant par l’humanitaire. Depuis le jeudi 18 mars 2021, une délégation menée par le secrétaire d’Etat américain, Antony Blinken, reçoit ses homologues chinois, avec à leur tête le responsable de la diplomatie du Parti communiste chinois, Yang Jiechi, à Anchorage, en Alaska. La partie publique de la rencontre a donné lieu à une passe d’armes explosive. La tension entre les deux pays ne semble pas prête de se calmer.

Donald Trump avait fait de la guerre commerciale contre la Chine un des chevaux de bataille de son mandat. Son successeur à la présidence des Etats-Unis, Joe Biden, entend poursuivre une politique de fermeté avec l’Empire du Milieu, mais en visant une plus grande efficacité. Ce jeudi 18 mars 2021 débutait la première rencontre diplomatique entre la Chine et les Etats-Unis depuis que l’administration Biden est aux commandes, à Anchorage, en Alaska.

Le secrétaire d’Etat américain, Antony Blinken, et son équipe, ont reçu une délégation chinoise menée par le responsable de la diplomatie du Parti communiste chinois, Yang Jiechi, au lendemain d’une nouvelle vague de sanctions américaines contre 24 hauts fonctionnaires de Pékin et de Hong-Kong, suite à la reprise en main musclée dans l’ancienne colonie britannique. Un timing modérément apprécié par la délégation chinoise : « Ce n’est pas comme cela que l’on accueille ses invités », a commenté le ministre chinois des Affaires étrangères, Wang Yi.

Pour les Etats-Unis, la politique de la Chine “menace l’ordre fondé sur des règles qui garantit la stabilité mondiale »

La passe d’armes entre Antony Blinken et Yang Jiechi devant la presse n’a d’ailleurs rien eu d’amical. « Nous allons discuter de nos profondes inquiétudes au sujet des actes de la Chine s’agissant du Xinjiang [province chinoise où les Etats-Unis accuse Pékin de “génocide” contre les Ouïghours], de Hong Kong, de Taïwan, des cyberattaques contre les Etats-Unis et de la coercition économique contre nos alliés. Chacun de ces actes menace l’ordre fondé sur des règles qui garantit la stabilité mondiale », a ainsi attaqué Antony Blinken.

La réponse de Yang Jiechi n’était pas plus mouchetée : « La Chine est fermement opposée aux ingérences américaines dans les affaires intérieures de la Chine […] et nous prendrons des mesures fermes en représailles ». Une fois la presse sortie, la conversation s’est poursuivie à huis-clos, que les officiels américains ont jugée « substantielle, sérieuse et directe ».

Réagir à cet article

XHTML: Vous pouvez utiliser les html tags: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Newsletter

Les actus en vidéo