Publié le : mercredi 6 janvier 2021

L’Ecosse veut rejoindre l’Union Européenne en temps que nation indépendante

03 ecosse rejoindre union europeenne nation independante - La DiplomatieDans une tribune publiée le 3 janvier 2020 dans Le Figaro, la première ministre écossaise Nicola Sturgeon affirme son attachement profond, et celui de toute l’Ecosse, à l’Union Européenne. Elle y affirme notamment la nécessité d’un référendum pour faire de l’Ecosse une nation indépendante, afin qu’elle puisse rejoindre l’Union, malgré le Brexit.

Si l’accord obtenu de haute lutte avec l’Union Européenne, le 24 décembre 2020, a satisfait, au Royaume-Uni, les tenants d’un Brexit “dur”, il prolonge la grogne du coté des trois autres Etats membres du Royaume-Uni, avec l’Angleterre, à savoir l’Irlande du Nord, le Pays de Galles et de l’Ecosse.

La crise sanitaire et sa gestion par le gouvernement de Boris Johnson ont renforcé la défiance pour le pouvoir central britannique de ces Etats, que le Brexit avait déjà entamé. Le 3 janvier 2021, la première ministre écossaise a publié une tribune dans Le Figaro, où elle affirme sa volonté que l’Ecosse rejoigne l’Union Européenne… en temps que nation indépendante.

“Les valeurs fondatrices de l’Union européenne sont les valeurs mêmes de l’Ecosse”

« Nous sommes maintenant confrontés, contre notre volonté, à un ‘Brexit dur’, au pire moment possible, en pleine pandémie et récession économique », pointe-t-elle. Elle rappelle d’ailleurs : “une écrasante majorité du peuple écossais a voté pour le maintien au sein de l’Union européenne. Ce n’est pas étonnant. Les valeurs fondatrices de l’Union européenne – la dignité humaine, la liberté, la démocratie, l’égalité, l’État de droit et le respect des droits de l’homme – sont les valeurs mêmes de l’Ecosse”.

Nicola Sturgeon réclame donc la tenue d’un nouveau référendum sur l’indépendance de l’Ecosse. En 2014, la population avait rejeté cette possibilité, à 55%. Mais de récents sondages montrent qu’aujourd’hui 58% des Ecossais sont favorables à l’indépendance.

« En tant que membre indépendant de l’Union européenne, l’Ecosse serait un partenaire et un médiateur, non seulement pour construire une économie plus forte et une société plus juste, mais aussi un lien pour faciliter la compréhension entre l’Union européenne et le Royaume-Uni », pointe Nicolas Sturgeon.

Mais la tenue d’un tel référendum dépend de la volonté du premier ministre britannique. Et Boris Johnson y est totalement opposé.

 

 

Réagir à cet article

XHTML: Vous pouvez utiliser les html tags: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Newsletter

Les actus en vidéo