Publié le : lundi 7 décembre 2020

Nagorny Karabakh : le groupe de Minsk va-t-il garder la main ?

06 nagorny karabakh groupe minsk - La DiplomatieUn mois après la fin du conflit entre l’Arménie et l’Azerbaïdjan sur le territoire du Nagorny Karabakh, qui s’est achevé par une victoire azérie, le secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, réclame une reprise des négociations entre les deux pays sous la médiation du groupe de Minsk.

Le 9 novembre 2020, le premier ministre arménien, Nikol Pachinian, a signé un accord de fin des hostilités avec les forces armées de l’Azerbaïdjan, sous l’égide de la Russie, mettant fin au conflit dans le Nagorny Karabakh, une région autonome de l’Azerbaïdjan. Le président azéri Ilham Aliev y voit une “capitulation”, qui acte le retour sous contrôle de Bakou des territoires reconquis durant la guerre. L’Azebaïdjan devrait donc récupérer les sept districts entourant le Nagorny Karabakh, y compris la ville de Choucha, dont les forces arméniennes se sont retirées.

« Favoriser la paix, la stabilité et la prospérité régionales »

Mais le statut du Nagorny Karabakh doit encore être déterminé, et, pour cela, Bakou et Erevan ont entamé des négociations, menées par le Groupe de Minsk de l’OSCE (Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe), chargé depuis 1992 de la médiation entre Arménie et Azebaïdjan sur ce sujet. Le Groupe de Minsk est composé de 13 Etats, dont les deux belligérants, et présidé par les Etats-Unis, la Russie et la France. La Turquie, qui ne fait pas partie de ce Groupe, réclame une place à la table des négociations, dont l’Azerbaïdjan veut exclure la France, suite à un texte du Sénat français réclamant «la reconnaissance» du Nagorny Karabakh (auquel le gouvernement n’est pas favorable).

C’est dans ce contexte que le secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, a publié un communiqué exhortant «l’Arménie et l’Azerbaïdjan à reprendre les négociations sous les auspices des co-présidents du Groupe de Minsk de l’OSCE vendredi 4 décembre pour parvenir à un règlement pacifique durable». Sans citer la Turquie, Antonio Guterres «encourage les gouvernements et les peuples arménien et azerbaïdjanais à s’engager sur la voie du dialogue pour favoriser la paix, la stabilité et la prospérité régionales».

 

Réagir à cet article

XHTML: Vous pouvez utiliser les html tags: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Newsletter

Les actus en vidéo