Publié le : jeudi 11 juin 2020

Présidentielle 2020 en Côte d’Ivoire : les manoeuvres de Konan Bédié

Le Bureau politique du PDCI-RDA réuni en session extraordinaire, les jeudi 04 et vendredi 05 juin 2020, a arrêté les critères de candidature à l’investiture de ce parti pour l’élection présidentielle d’octobre 2020. L’on retiendra, entre autres, qu’il faut avoir été 10 ans membre du Bureau politique, être un « militant actif » du parti et payer une contribution de 25 millions de francs CFA non remboursables.

Ces critères, on le devine aisément, visent un seul objectif : verrouiller le système en faveur du Président BEDIE en écartant tous les potentiels candidats de poids, notamment Tidjane THIAM, Thierry TANOH et Jean-Louis BILLON.

A 86 ans, Konan BEDIE a donc décidé de se jeter, à nouveau, dans l’arène en manœuvrant pour être le « candidat unique » de son Parti à la convention d’investiture pour la présidentielle au mépris des règles démocratiques et du passage de témoin à une jeune génération.

Que personne ne s’y méprenne ! La démarche d’Henri Konan BEDIE s’inscrit dans un plan savamment orchestré qui devait, au départ, lui permettre d’être le candidat unique du RHDP à l’élection présidentielle d’octobre 2020 afin de s’assurer une victoire certaine à ce scrutin. Ce plan ayant été éventé et face à l’intransigeance du Président Alassane OUATTARA d’œuvrer pour la transmission du pouvoir à une nouvelle génération, le Président BEDIE a tout fait pour saboter le processus de création du parti unifié, qui allait sonner le glas de ses ambitions présidentielles.

En agissant ainsi, le Sphinx de Daoukro privilégiait ses intérêts personnels au détriment des intérêts de la collectivité. Son esprit revanchard et le drame intérieur qu’il vit depuis la perte du pouvoir, l’ont totalement déconnecté de la réalité au point de penser qu’il lui suffit de s’allier au criminel de guerre Laurent GBGABO et au putschiste Guillaume SORO pour remporter l’élection présidentielle.

Konan BEDIE peut convaincre ses nouveaux alliés Laurent GBAGBO et Guillaume SORO de sa volonté de ne pas achever son mandat s’il est élu et surtout de son désir d’accorder à leurs partis respectifs les postes de Vice-Président de la République et de Premier Ministre, il aura du mal à s’attirer la sympathie des électeurs ivoiriens qui souhaitent, dans leur majorité, un transfert du pouvoir à une nouvelle génération.

Article proposé par François Lègre

Réagir à cet article

XHTML: Vous pouvez utiliser les html tags: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Newsletter

Les actus en vidéo