Publié le : mardi 10 mars 2020

Soudan : le premier ministre visé par un attentat

Ce lundi 9 mars 2020, au Soudan, le premier ministre de transition, Abdallah Hamdok, a échappé à un attentat visant sa voiture, avec une explosion et des tirs d’armes automatiques. Aucune victime n’est à déplorer.

En avril 2019, au Soudan, une contestation sociale menée par les Forces pour la liberté et le changement (FLC), soutenues par l’armée, provoque le départ du président Omar al-Bachir, après 30 ans de dictature militaro-islamiste.

A l’été 2019, Abdallah Hamdok, ancien économiste de l’ONU, proposé par les FLC, prend les rênes du pays : suite à un accord avec les militaires, il est nommé premier ministre d’un gouvernement de transition, qui doit mener le pays à des élections libres d’ici 3 ans, au côté d’un conseil souverain composé de civils et de militaires.

« Nous ferons en sorte que cette révolution poursuive sa marche »

Ce lundi 9 mars 2020, alors que Abdallah Hamdok se rendait dans ses bureaux à Khartoum, son convoi a été visé par une explosion et des tirs d’armes automatiques. « Une explosion s’est produite au passage de la voiture du premier ministre : grâce à Dieu, personne n’a été touché », a précisé Ali Bakhit, le chef de cabinet d’Abdallah Hamdok.

Cet « attentat terroriste », selon la télévision d’Etat, n’a pas été revendiqué, pour l’heure. Selon le conseil des ministres, qui s’est exprimé via un communiqué, c’est la « révolution soudanaise qui a été visée par cette attaque […] mais nous ferons en sorte que cette révolution poursuive sa marche ».

« Je veux rassurer le peuple soudanais, je me porte bien et ce qui s’est passé n’arrêtera pas la marche [du Soudan] sur la voie du changement », a écrit le premier ministre sur Twitter.

Réagir à cet article

XHTML: Vous pouvez utiliser les html tags: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Les actus en vidéo