Publié le : mardi 31 décembre 2019

Bolivie : Evo Morales dénonce un coup d’Etat pour le lithium

Depuis son exil forcé en Argentine, l’ancien président bolivien Evo Morales, contraint à la démission et à la fuite, a dénoncé un coup d’Etat perpétré par l’armée, avec le soutien de l’Occident, pour garder la main sur les réserves de lithium du pays.

Evo Morales est déterminé à poursuivre son combat. Après sa démission le 10 novembre 2019, l’ancien président socialiste de la Bolivie a été contraint de quitter le pays pour l’Argentine, abandonné par l’armée et menacé physiquement par des milices proches de l’opposition. Sa réélection, dès les premier tour, pour un quatrième mandat, avait été dénoncée par ses opposants comme entachée de fraudes.

Evo Morales a sa propre version de cette affaire : « Les pays industrialisés ne veulent pas être concurrencés. Nous avons commencé à remplacer les importations. Et je suis absolument convaincu que c’est un coup d’Etat pour le lithium (…). On sait que nous avons les réserves les plus importantes au monde, 16 000 km² de lithium », a détaillé l’ancien président à l’AFP.

“Tant que je serai en vie, je continuerai avec encore plus de force le combat politique et idéologique pour une Bolivie libre et souveraine”

Le 22 novembre, sur la voix d’un enregistrement audio à l’authenticité contestée, le ministre de l’intérieur a porté plainte contre le président pour « sédition et terrorisme ». Le 18 décembre 2019, cette plainte s’est transformée en un mandat d’arrêt international. Contesté fermement par Evo Morales sur Tweeter : « Ça ne me fait pas peur, tant que je serai en vie, je continuerai avec encore plus de force le combat politique et idéologique pour une Bolivie libre et souveraine. Quatorze ans après le début de notre révolution, le plus beau cadeau que je reçois du gouvernement de facto, c’est un mandat d’arrêt injuste, illégal et inconstitutionnel ».

Interdit de participer à l’élection présidentielle que le Parlement a décidé d’organiser en 2020, Evo Morales a déclaré que le candidat de son parti serait désigné mi-janvier 2020.

 

 

Réagir à cet article

XHTML: Vous pouvez utiliser les html tags: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Les actus en vidéo