Publié le : vendredi 27 décembre 2019

Algérie : les obsèques d’Ahmed Gaïd Salah, un paradoxal moment d’union nationale

L’enterrement du général Ahmed Gaïd Salah, homme fort du régime et dirigeant (dans les faits) de l’Algérie depuis un an, a été marqué par une grande ferveur populaire. Dans l’attente des conséquences politiques de ce décès soudain, ses partisans et ses opposants ont salué un homme qui a évité au pays de basculer dans le chaos.

Voici un an que le général Ahmed Gaïd Salah, chef d’Etat major de l’Algérie, était le véritable homme fort d’un pays dirigé de fait par les généraux. Il a voulu et organisé l’élection présidentielle qui a récemment élu Abdelmajid Tebboune. Il cristallisait également également la rancoeur des manifestants du Hirak, ce mouvement populaire qui demande un départ de l’ensemble de la classe politique algérienne.

Son décès brutal, le 23 décembre 2019, a débouché sur une continuité politique, l’armée demeurant un soutien du nouveau président. Mais son enterrement, le 26 décembre 2019, a été suivi par des milliers de personnes et a été l’occasion d’une étonnante union nationale. Car même ses opposants lui reconnaissent de n’avoir jamais fait tirer sur la foule, et de n’avoir pas pris le pouvoir par la force alors qu’il en avait l’occasion.

“Il a sauvé l’Algérie d’un bain de sang »

« Pour les Algériens, Gaïd Salah n’a pas ouvert le feu sur la population, contrairement à ce qui s’est passé dans les années 1980, en 1990 notamment. Cela était bien retenu. Et ce qui a été retenu également, c’est le fait que l’armée ne prenne pas le pouvoir, pour les Algériens. Gaïd Salah aurait pu être le chef de l’État, aurait pu prendre le pouvoir en 2018, mais il ne l’a pas fait, laissant le processus électoral se dérouler. Ces choix ont trouvé de l’écho auprès de la population. Même ceux qui étaient contre lui, contre ces choix politiques surtout, étaient présents. Même si on est pas d’accord avec l’homme et ses choix, lui rendre hommage ne serait pas une mauvaise chose. Les Algériens qui étaient présents aujourd’hui aux obsèques ont rappelé cela en disant qu’il a sauvé l’Algérie d’un bain de sang », détaille ainsi Fayçal Metaoui, journaliste.

Réagir à cet article

XHTML: Vous pouvez utiliser les html tags: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Les actus en vidéo