Publié le : mardi 12 novembre 2019

Suite à la démission d’Evo Morales, le pouvoir est vacant en Bolivie

Trois semaines de contestation populaire et la pression de l’armée ont fini par contraindre le président de la Bolivie, Evo Morales, à démissionner. Il a fui le pays pour le Mexique, s’estimant en danger sur le sol bolivien. Dans l’attente de la désignation d’un nouveau chef du gouvernement ou d’une nouvelle élection, le pouvoir est vacant en Bolivie.

L’élection présidentielle du 20 octobre, en Bolivie, a provoquée l’une des plus graves crises politiques du pays. Confronté à des accusations massives de fraude, Evo Morales, le président socialiste sortant, théoriquement réélu, était la cible de la contestation populaire. Trois semaines de manifestations de plus en plus violentes ont fragilisé son pouvoir. Les démissions se sont accumulées. Et, ce dimanche 10 novembre 2019, poussé par l’armée, Evo Morales a fini par démissionner.

« Frères et sœurs, je pars pour le Mexique

Sa maison ayant été prise d’assaut par des partisans des candidats d’opposition, battus à l’élection du 20 octobre, Carlos Mesa et Luis Fernando Camacho, l’ancien président a décidé de quitter le pays et de demander l’asile politique au Mexique, qui le lui a accordé. « Frères et sœurs, je pars pour le Mexique. Ça me fait mal d’abandonner le pays pour des raisons politiques, mais je serai toujours attentif. Je reviendrai bientôt avec plus de force et d’énergie » a déclaré Evo Morales.

La situation reste extrêmement tendue en Bolivie, où manifestations et affrontements se poursuivent. La police a demandé l’aide de l’armée pour faire face à la violence urbaine : « Le commandement militaire a décidé que des opérations conjointes seront menées avec la police pour éviter le sang et le deuil dans la famille bolivienne », a ainsi affirmé le commandant en chef de l’armée, William Kaliman.

Dans le même temps, le pouvoir est vacant, puisque, outre Evo Morales, tous ses successeurs prévus par la Constitution, ont démissionné : le vice-président Alvaro Garcia, la présidente et le vice-président du Sénat ainsi que le président de la Chambre des députés.

Réagir à cet article

XHTML: Vous pouvez utiliser les html tags: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Les actus en vidéo