Publié le : mardi 20 août 2019

Italie : la coalition gouvernementale vit ses dernières heures

Le président du Conseil Italien, Guiseppe Conte, était attendu ce mardi 20 août devant le Sénat Italien, soit pour démissionner, soit pour être poussé dehors par une motion de censure. Une conséquence directe des positions désormais inconciliables des partis de la coalition gouvernementale, le M5S (anti-système) et la Ligue (extrême-droite) de Matteo Salvini, homme fort du gouvernement. Ce dernier espère qu’aucune nouvelle coalition ne se formera, afin de provoquer des élections législatives anticipées, qu’il semble certain de remporter.

La stratégie de Matteo Salvini est claire. Fort de sondages l’assurant d’une large victoire à d’éventuelles législatives anticipées, l’actuel homme fort du gouvernement, en désaccord profond avec son président du Conseil, Guiseppe Conte, sur des nombreux sujets brûlants (dont l’accueil des migrants), veut faire tomber l’actuel gouvernement.

Matteo Salvini compte sur les désaccords au sein de l’assemblée italienne pour qu’aucune nouvelle coalition ne se forme, et que des élections anticipées soient organisées. Guiseppe Conte est, de toutes façons, attendu devant le Sénat Italien cet après-midi, et devrait être poussé à la démission.

Face à Salvini, une coalition institutionnelle menée par Matteo Renzi et une coalition pro-européenne, menée par Romano Prodi

Pour contrecarrer les plans de Salvini, et éviter que l’Italie bascule pleinement vers l’extrême-droit, deux options de coalition se sont publiquement déclarées. La première émane de Matteo Renzi, ancien président du Conseil, fustigé sans cesse par le M5S, à qui il vient cependant de tendre la main. Il s’agirait d’une coalition “institutionnelle”, regroupant la formation de Matteo Renzi, le Parti démocrate (PD, centre gauche) et le M5S.

Seconde option : une coalition pro-européenne, regroupant tous les partis, de droite comme de gauche, favorables au maintien de l’Italie dans l’UE (ce qui n’est le cas ni du M5S, ni de la Ligue). Elle est portée par Romano Prodi, ancien premier ministre italien et ancien président de la Commission Européenne.

 

Réagir à cet article

XHTML: Vous pouvez utiliser les html tags: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Les actus en vidéo