Publié le : lundi 15 juillet 2019

L’Union Européenne tente de sauver l’accord sur le nucléaire iranien

Depuis que l’Iran a annoncé son intention de rompre, suite aux sanctions américaines, ses engagements pris dans le cadre de l’accord sur son énergie nucléaire, l’Union Européenne tente de trouver un moyen de contourner ces sanctions pour sauver cet accord. Et éviter le risque d’une escalade nucléaire dans la région.

Depuis que les Etats-Unis ont quitté l’accord sur le nucléaire iranien et ont remis en place des sanctions économiques contre Téhéran, l’économie de l’Iran s’est effondrée. L’extraterritorialité des sanctions américaines a abouti au retrait d’Iran de nombreuses entreprises européennes. Les exportations de pétrole sont en chute libre : elles sont passées de 1,5 millions de barils par jour à 700 000, une limite empêchant de maintenir l’économie iranienne la tête hors de l’eau.

« Si les Européens et les Américains ne veulent pas agir conformément à leurs engagements…”

Téhéran a donc annoncé qu’il allait rompre cet accord, et a commencé à produire de l’uranium enrichi à 4,5%, un niveau interdit par le texte. « Si les Européens et les Américains ne veulent pas agir conformément à leurs engagements, nous aussi, en réduisant nos engagements, nous contrebalancerons cela et reviendrons à la situation d’il y a quatre ans », a annoncé le porte-parole de l’Organisation iranienne de l’énergie atomique Behrouz Kamalvandi.

Pour contourner les sanctions américaines, l’Union Européenne mise sur l’Instex, un mécanisme de troc permettant d’éviter d’utiliser le dollar. Son principe : échanger des marchandises de valeur équivalente, sans contrepartie monétaire. 26 pays de l’Union Européenne (manquent la Pologne et l’Italie) ont rejoint ce mécanisme ; d’autres pays hors de l’Union pourraient le faire.

Cela suffira-t-il à convaincre l’Iran de respecter l’ancien accord ? L’enjeu est d’importance. « L’Iran n’est pas encore en mesure de développer une arme nucléaire et nous voulons que le Moyen-Orient reste sans armes nucléaires » a ainsi rappelé le britannique Jeremy Hunt, candidat à la succession de Theresa May.

Réagir à cet article

XHTML: Vous pouvez utiliser les html tags: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Les actus en vidéo