Publié le : jeudi 16 mai 2019

L’épouse de l’ex-patron d’Interpol, actuellement détenu en Chine, obtient l’asile en France

Alors qu’elle a fait l’objet d’une tentative d’enlèvement, Grace Meng, l’épouse de l’ancien patron d’Interpol détenu en Chine, est depuis sous protection policière avec ses enfants. Elle vient d’obtenir un droit d’asile en France.

« C’est une seconde vie pour moi et mes enfants » : c’est en ces termes que s’est exprimée Grace Meng à l’agence de presse AP. Ce lundi 13 mai, Emmanuel Marsigny, son avocat, a déclaré que l’asile politique en France lui avait été accordé ainsi qu’à ses deux enfants. « Si la France ne m’avait pas protégée, j’aurais été tuée il y a bien longtemps », a déclaré Grace Meng. Début 2019, la jeune femme et ses deux garçons ont été placé sous protection policière après une tentative d’enlèvement.

Une information rassurante pour cette femme, épouse de l’ancien président d’Interpol (organisation policière internationale basée à Lyon), Meng Hongwei, 65 ans, disparu depuis huit mois et détenu depuis en Chine.

La rafle

Meng Hongwei est soupçonné de corruption par Pékin et a été inculpé par les procureurs chinois la semaine dernière, pour avoir abusé de son poste et avoir « accepté des pots-de-vin en échange de faveurs ». Victime de persécutions politiques selon Grace Meng, Meng Hongwei ferait partie des 1,5 millions de responsables du parti-communiste chinois poursuivis par la campagne anti-corruption lancée en 2013 par Xi Jinping.

Protégée par un droit d’asile en France, Grace Meng va pouvoir poursuivre ses investigations pour tenter de retrouver son mari. Elle a en outre, demandé à Emmanuel Macron d’évoquer le cas de son mari, lors de la prochaine visite d’État de Xi Jinping en France.

Réagir à cet article

XHTML: Vous pouvez utiliser les html tags: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Les actus en vidéo