Publié le : jeudi 11 avril 2019

Aux Maldives, l’ancien président reprend ses fonctions

Samedi 6 avril, l’ancien chef d’état des Maldives, Mohamed Nasheed, est sorti grand vainqueur des élections législatives. Une revanche spectaculaire, pour cet ancien président, jeté en prison et exilé par son successeur Abdulla Yameen.

L’ancien président des Maldives, Mohamed Nasheed, 51 ans, écarté du pouvoir en 2013 dans des conditions obscures, jeté en prison puis envoyé en exil au Royaume-Uni et au Sri-Lanka, a obtenu ce 6 avril, « plus de deux tiers des 87 sièges » aux législatives, selon Maldives Independant.

Son parti, le PDM (Parti démocratique maldivien) a remporté 67 sièges sur 87 contre 4 sièges remportés par le Parti progressiste des Maldives (PPM) de l’ancien président Abdulla Yameen. Le taux de participation se situe entre 70 et 80%.

2013-2019 : des années de dictature

Les législatives de samedi étaient les premières organisées dans l’archipel après la défaite inattendue en septembre 2018 d’Abdulla Yameen. Ce dernier est accusé de corruption, de blanchiment d’argent et de détournement de fonds. Il a passé son mandat présidentiel à emprisonner ou à exiler ses opposants, empêchant toute liberté d’expression à la presse et à la sécurité civile.

« Le plus grand vainqueur de ces législatives, c’est le peuple des Maldives » a déclaré Ibrahim Mohamed Solih. Cet ancien bras droit de Mohamed Nasheed a été élu président de l’archipel de 340 000 habitants, le 23 septembre dernier.

Mohamed Nasheed, rentré en novembre 2018, a promis que le régime deviendrait une démocratie parlementaire, mettant fin au système présidentiel en vigueur depuis 2008. « Notre premier devoir est d’apporter la paix au gouvernement », a-t-il déclaré.

Réagir à cet article

XHTML: Vous pouvez utiliser les html tags: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Les actus en vidéo