Publié le : mercredi 13 mars 2019

Yumbi : des actes de violence considérés comme “crimes contre l’humanité” selon l’ONU

Publié ce mardi 12 mars par l’ONU, un rapport évoque de possibles « crimes contre l’humanité », suite aux violences interethniques faites les 16 et 18 décembre 2018, à Yumbi, village en République Démocratique du Congo (RDC).

A Yumbi (RDC), au moins 535 personnes avaient été massacrées et 111 blessées, entre le 16 et le 18 décembre 2018. Ces violences intercommunautaires, pourraient « constituer des crimes contre l’humanité » a estimé le bureau conjoint de l’ONU pour les droits humains, dans un rapport du 12 mars : “L’enquête a permis de conclure que les violences documentées à Yumbi pourraient présenter des éléments constitutifs de crime contre l’humanité par meurtre, persécution, transfert forcé de populations ou violences sexuelles”, poursuit le rapport.

Deux communautés rivales

Une enquête avait été menée du 17 au 26 janvier 2019 par les Nations unies, révélant que les violences avaient éclatées entre deux communautés : les Batendé et les Banunu. Des membres de l’ethnie des Banunu ayant, peu de temps avant le début des représailles, enterré un chef coutumier sur le territoire Batendé.

L’État impliqué ?

L’ONU déclare dans son rapport que « les attaques ont été perpétrées de manière planifiée et organisée ». Puis d’approfondir : « L’enquête n’a pu établir l’existence d’un groupe armé, ni confirmer les allégations de l’existence d’une force de réserve batendé et l’implication d’autorités. Il semble que les agents de la PNC (police) ayant participé aux attaques auraient agi en vertu de leur appartenance communautaire ».

L’Organisation des Nations unies, quant à elle, accuse : « La responsabilité de l’État peut être engagée dans la mesure où l’enquête a permis d’établir que les autorités nationales et provinciales avaient été informées du risque élevé de violences mais n’ont pris aucune mesure préventive ».

16 000 personnes auraient traversé le fleuve Congo depuis décembre 2018, portant à 19 000 le nombre global de personnes déplacées suite à ce conflit intercommunautaire.

Réagir à cet article

XHTML: Vous pouvez utiliser les html tags: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Les actus en vidéo