Publié le : jeudi 13 décembre 2018

Côte d’Ivoire : Konan Bédié – Soro, l’alliance de l’ivoiritaire et du révolutionnaire ?

L’actualité politique nationale est marquée par la collusion entre le Président du PDCI-RDA et le Président de l’Assemblée Nationale. L’équation est simple. Henri Konan Bédié et Guillaume Soro, dans leur volonté commune d’accéder à la magistrature suprême en 2020, auraient décidé de nouer une alliance politique, selon certaines indiscrétions. Une tribune proposée par François Lègre. 

Cette alliance, fruit de plusieurs discussions qui auraient été menées à Paris, Abidjan et Daoukro, devrait permettre aux deux personnalités de constituer un ticket, dans la perspective de l’élection présidentielle de 2020, avec Henri Konan Bédié comme tête de liste et Guillaume Soro comme colistier, ou de procéder à un report de voix sur le candidat qui arriverait au second tour au cas où ce ticket commun n’arrivait pas à être constitué.

Une telle alliance serait-elle crédible dans le microcosme politique ivoirien actuel ?

Les partisans des deux personnalités répondent par l’affirmative. Ils fondent leur argumentaire sur le parcours politique des deux hommes et la popularité dont ils bénéficieraient au sein de l’opinion.

De plus, ils estiment légitimes la volonté du Président Bédié de vouloir reconquérir la magistrature suprême après le coup d’Etat de 1999, et la possibilité pour Guillaume SORO de franchir un palier supplémentaire dans sa marche vers le pouvoir suprême.

Une analyse saine et objective de la situation socio-politique ivoirienne amène pourtant à émettre de sérieuses réserves sur la crédibilité de ce ticket ou de cette alliance.

Tout d’abord l’âge du Président Bédié (84 ans actuellement et 86 ans en 2020) constitue un handicap sérieux à cette ambition. En effet, les Ivoiriens ne comprendraient pas qu’une personnalité de sa trempe, qui a eu à exercer le pouvoir suprême, s’échine à revenir au pouvoir à 86 ans, un âge où il devrait plutôt se positionner comme l’autorité morale de la Nation.

Ensuite, son passé d’ivoiritaire, un concept ségrégationniste qui a tant divisé les Ivoiriens et créé une fracture sans précédent au sein d’une Nation bâtie sur un modèle de fraternité et d’ouverture par le Président Félix Houphouët-Boigny, le disqualifie dans sa prétention à vouloir réconcilier les habitants de ce pays comme il l’affirme dans une interview au « Nouveau Réveil’ », le 26 novembre 2018.

En réalité, l’objectif inavoué du Président Bédié est de prendre une revanche sur l’histoire en reconquérant le pouvoir d’Etat pour laver son honneur bafoué par le coup d’Etat de 1999, et permettre à son clan de jouir à satiété des privilèges du pouvoir. A ce propos, le Secrétaire Exécutif du PDCI-RDA, Maurice Kakou Guikahue, déclara, le 24 novembre 2017, à Duékoué : « Nous sommes venus vous dire que pour que le RHDP aille loin, il doit être généreux, il doit partager. S’il y a un membre du RHDP qui mange seul, les autres ne peuvent pas être contents ».

Quant à Guillaume Soro, qui a pris les armes contre l’ivoirité en suivant cette recommandation du poète et dramaturge français Victor HUGO : « quand la dictature est un fait, la révolte devient un droit », sa posture actuelle, notamment son alliance avec un ivoiritaire au détriment de sa famille politique, risque de le discréditer et de lui faire perdre tout le capital sympathie qu’il a engrangé durant son parcours de leader étudiant et politique.

En tout état de cause, cette alliance de circonstance entre Henri Konan Bédié, « l’ivoiritaire », et Guillaume SORO, « le révolutionnaire », ne constitue pas une offre politique crédible à même de séduire les Ivoiriens et d’impacter positivement leur vie.

Une tribune proposée par François Lègre

Réagir à cet article

XHTML: Vous pouvez utiliser les html tags: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Les actus en vidéo