Publié le : lundi 12 novembre 2018

Mort de Jin Yong, la légende chinoise des wuxia (romans de chevalerie)

Le 30 octobre 2018, l’auteur chinois de sagas d’arts martiaux Jin Yong est décédé à l’âge de 94 ans, à Hong Kong. Auteur extrêmement populaire, l’homme a profondément marqué la culture chinoise de la seconde moitié du XXème siècle. Ses ouvrages ont notamment été largement adaptés en films et séries télévisées.

Le mot wuxia ne dira rien à une majorité de Français, et pourtant, il désigne un pan fondamental de la culture populaire de langue chinois. Signifiant littéralement “héros-guerrier”, le mot wuxia désigne une genre littéraire et cinématographique racontant les aventures de chevaliers errants, experts en arts martiaux et en maniement des sabres, qui viennent livrer la justice dans les campagnes.

A mi-chemin entre le genre européen “cape et d’épée” et le western, ancré dans un passé légendaire, le wuxia est un genre extrêmement populaire en Chine, à Hong-Kong, à Taïwan. A l’origine exclusivement littéraire, le genre s’est étendu au cinéma, à la télévision, à la bande dessinée. Des cinéastes majeurs comme John Woo ou Tsui Hark ont signé des classiques du genre.

Il ne m’importe pas de devenir une figure historique”

C’est l’un des maîtres de ce genre littéraire qui vient de nous quitter, ce 30 octobre 2018. Jin Yong, de son vrai nom Zha Liangyong (ou Louis Cha à Hong-Kong), a écrit, entre 1955 et 1972 quatorze romans de wuxia, devenus des classiques et ancrés dans la culture sinophone, dont le mythique La légende du héros chasseur d’aigle.

Adulé par ses lecteurs, sa disparition a provoqué une vague de réactions populaires spontanées : “À Xiangyang, une ville du centre de la Chine souvent représentée dans l’œuvre de Cha, les habitants ont organisé une veillée funéraire sur les vieux murs de la villeraconte The Guardian.

Egalement journaliste et fidèle à sa morale de justicier redresseur de torts, Louis Cha est le cofondateur du Ming Pao, un des plus importants journaux indépendants de Hong-Kong, souvent critique envers le Parti Communiste. “Il ne m’importe pas de devenir une figure historique. Tout ce que je souhaite c’est qu’après cent ou deux cents ans, il y ait encore des personnes qui lisent mes livres” a déclaré l’auteur lors d’un discours de 2005.

Réagir à cet article

XHTML: Vous pouvez utiliser les html tags: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Les actus en vidéo