Publié le : vendredi 2 novembre 2018

Liberia : le président Weah rend les universités gratuites

Le Liberia fait face à une forte inflation et à une dévaluation de la monnaie locale, qui empêche près d’un tiers des étudiants de premier cycle de régler leurs droits d’inscription. En réaction, le président Georges Weah vient d’annoncer qu’il rendait l’ensemble du premier cycle universitaire gratuit.

Deux monnaies ont cours au Liberia : le dollar libérien, monnaie dans laquelle sont versés une majorité des salaires et des aides sociales, et le dollar américain. C’est dans cette dernière devise que sont réglé les droits d’inscription aux universités publiques. Une forte dévaluation du dollar libérien par rapport au dollar américain a rendu les frais d’inscription inaccessible pour 8 000 des 20 000 étudiants que compte le pays.

Alerté par les directeurs des principales universités, le nouveau président élu fin 2017, l’ancien footballeur Ballon d’Or Georges Weah, a décidé de prendre le taureau par les cornes. Il a fait de la lutte contre la pauvreté le pivot de son mandat, et l’éducation est une composante fondamentale de cette ambition.

L’impossibilité pour les jeunes de poursuivre leurs études alors qu’ils en ont la volonté a un « impact négatif sur leur capacité à jouer un rôle positif dans le développement du pays » a déclaré Georges Weah.

« Je déclare libre de droits d’inscription l’Université du Liberia pour les étudiants du premier cycle »

En conséquence, le président a décidé de supprimer les frais d’inscription pour le premier cycle universitaire : « Au nom du peuple libérien et de mon gouvernement, je déclare libre de droits d’inscription l’Université du Liberia pour les étudiants du premier cycle, ainsi que pour ceux de toutes les autres universités publiques au Liberia » a solennellement déclaré Georges Weah, lors d’une cérémonie sur le campus de l’Université du Liberia à Monrovia.

Une annonce accueillie avec joie par de nombreux jeunes étudiants : « Je suis si heureuse que je ne trouve pas les mots pour exprimer ma joie », a ainsi déclaré une jeune femme dans le prolongement du discours présidentiel.

 

 

Réagir à cet article

XHTML: Vous pouvez utiliser les html tags: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Newsletter

Les actus en vidéo