Publié le : mercredi 24 octobre 2018

Donald Trump fragilise le soft power américain

Champions incontestés du soft power mondial, les Etats-Unis sont aujourd’hui fragilisés, sur son plan politique, par l’attitude agressive et intransigeante de leur président Donald Trump. Une faille dans laquelle tente de s’immiscer la Chine ou la France.

On réduit souvent à tort le soft power au seul domaine culturel, alors qu’il englobe tout ce qui fait qu’un pays est perçu positivement à l’étranger – la culture en fait certes partie, mais aussi le sport, et surtout la perception des politiques intérieures et extérieures.

Si sur les deux premiers points, le soft power américain est toujours au beau fixe, la politique menée par Donald Trump écorne l’image des Etats-Unis dans le monde. Le président américain reste dans la droite file de son America First et se moque éperdument de l’opinion qu’a de lui le reste du monde.

Sa volonté de toujours chercher le rapport de force, y compris avec ses alliés, ses prises de position contre de nombreux pays, ses déclarations sans recul, sa défense des armes à feu, son retrait de l’accord de Paris, son refus absolu de tout multilatéralisme… autant d’élément qui détériore considérablement l’aura américaine dans le monde – là où un Barack Obama était un héraut du soft power américain.

La France et la Chine à l’affut du déclin du soft power américain

Il laisse un vide, que d’autres grandes puissances tentent de combler. Emmanuel Macron, depuis son élection, joue à fond la carte du leader de l’Occident, responsable, ouvert au dialogue, champion du multilatéralisme, porté par un slogan, Make Our Planet Great Again, qui détourne le credo de Trump, Make America Great Again.

Au niveau mondial, si la Russie continue de grignoter une sphère d’influence toujours plus large, c’est bien la Chine qui se rêve en alternative crédible au soft power déclinant de l’Oncle Sam. Tentant de faire oublier une vision de la liberté et des droits de l’homme éloignés des standards occidentaux, le gouvernement chinois met en avant son respect de l’accord de Paris, sa mutation réussie vers le high tech ou sa culture millénaire.

Pas encore de quoi détrôner les Etats-Unis. Mais un second mandat de Donald Trump aurait des conséquences désastreuses sur la part politique du soft power américain.

Réagir à cet article

XHTML: Vous pouvez utiliser les html tags: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Les actus en vidéo