Publié le : mercredi 17 octobre 2018

La « Ceinture et la Route » suscite les convoitises américaines

Alors que l’Afrique se voit attribuer un rôle de plus en plus important dans le méga-projet chinois “la Ceinture et la Route”, l’Amérique se débat pour conserver son influence.

L’Amérique n’est pas prête à se faire damer le pion par la puissance chinoise. Cela est clair depuis le lancement de la guerre commerciale entre les États-Unis et la Chine. Mais les récentes annonces de l’Overseas Private Investment Corporation (Opic) devraient ôter tout doute sur le duel que se livrent les deux puissances.

Le « bras financier » du gouvernement américain pour les investissements dans les pays en développement a en effet de débloqué 426 millions de dollars pour financer d’ambitieux projets en Afrique.

L’annonce de l’institution américaine intervient après la réorganisation des agences impliquées dans le développement, qui seront désormais regroupées au sein de la Société américaine de financement du développement international (USIDFC). Cité par Le Point, un membre de la nouvelle agence soutient que cet ajustement constitue « un effort pour rattraper le rôle croissant de la Chine dans le financement de projets d’infrastructure internationaux ».

Il est vrai que l’Afrique est devenue un terrain de jeu privilégié en la matière. Lors du troisième Forum de coopération entre l’Afrique et la Chine (Focac), qui s’est tenu les 3 et 4 septembre à Pékin, le président chinois Xi Jinping a promis 60 milliards de dollars d’investissements au continent, en particulier dans le cadre de « la Ceinture et la Route », son grand projet diplomatico-économique.

La Ceinture et la Route : de l’« égalité » et du « bénéfice mutuel » 

« La Chine soutient les pays africains dans la construction conjointe de ‘la Ceinture et la Route’ afin de partager les réalisations gagnant-gagnant », a déclaré Xi Jinping. Et d’ajouter : « Sur la base de l’égalité et du bénéfice mutuel, en insistant sur le principe de consultation, de synergie et de partage, la Chine renforcera ses liens avec l’Afrique dans toutes les directions, favorisera la coordination des politiques, l’interconnexion des infrastructures, la facilitation du commerce, l’intégration financière, la compréhension mutuelle des peuples, afin que chacun trouve son propre chemin de développement de haute qualité, correspondant à la situation de son pays et bénéfique à tous ».

La présence d’investisseurs chinois en Afrique est désormais connue, tout comme ses résultats. Début septembre, le président ivoirien a annoncé la signature de neuf accords et mémorandums d’entente portant sur des projets d’infrastructures. Ils venaient s’ajouter aux 29 accords signés fin août en présence du président chinois. Parmi eux, la conception et la construction de la centrale thermique de San Pedro, la création d’un port sec à Ferkessédougou et l’extension de l’aéroport international Félix Houphouët-Boigny.

Mettre l’accent sur l’industrialisation

Au cours de leurs échanges, Xi Jinping et Alassane Ouattara se sont « entendus sur la nécessité de renforcer et d’intensifier la coopération entre [leurs] deux pays, en mettant résolument l’accent sur l’industrialisation de la Côte d’Ivoire grâce à la transformation de [ses] matières premières agricoles, notamment le cacao et l’anacarde », a déclaré le dirigeant ivoirien.

L’optimisme est également de mise côté chinois. En juillet, lors d’une visite au Sénégal, Xi Jinping s’était dit « très encouragé par le fait que le volume des échanges commerciaux entre la Chine et l’Afrique a atteint 170 milliards de dollars et que les investissements de la Chine en Afrique ont dépassé 100 milliards de dollars entre 2000 et 2017 ».

Des chiffres qui expliquent, et même réclament la réaction américaine. Certes, comme le souligne Le Point, Donald Trump a « complètement modifié son approche des pays en développement depuis qu’il a compris que l’Afrique était l’un des piliers du projet chinois de la nouvelle route de la soie ». Mais il devra redoubler d’efforts s’il ne veut pas se laisser damer le pion par le géant asiatique.

Réagir à cet article

XHTML: Vous pouvez utiliser les html tags: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Les actus en vidéo