Publié le : mardi 4 septembre 2018

Palestine : le trouble jeu des Etats-Unis

Les Etats-Unis viennent de suspendre leurs aides financières aux réfugiés palestiniens, au moment au Mahmoud Abbas évoque la volonté américaine de proposer une confédération entre la Palestine et la Jordanie pour sortir du conflit avec Israël. Une double actualité qui interroge sur la ligne politique de Donald Trump sur ce dossier brûlant.

Les Etats-Unis ont toujours été considérés comme le partenaire privilégié pour faire aboutir un processus de paix en Palestine. Mais, à l’heure où la situation continue de se tendre entre le gouvernement israélien de Benjamin Nétanyahou et les Palestiniens proches du Hamas, les récentes décisions de Washington interrogent.

Si, publiquement, le président américain Donald Trump s’est toujours montré favorable à une solution à deux Etats (avec création d’un Etat Palestinien indépendant d’Israël), sa décision de déplacer l’ambassade américaine de Tel-Aviv à Jérusalem (dont la partie-est est une part intégrante de la Palestine actuelle) a provoqué une rupture diplomatique avec l’autorité palestinienne.

Le chef de cette dernière, Mahmoud Abbas, vient par ailleurs de déclarer que Jared Kushner et Jason Greenblatt, les conseillers de Trump chargé de négocier la paix au Moyen-Orient, lui auraient demandé son avis sur la création d’une fédération avec la Jordanie pour sortir du conflit, abandonnant de fait la solution à deux Etats. “J’ai répondu oui. Mais je veux une confédération avec la Jordanie et Israël. Je leur ai demandé si les Israéliens accepteraient une telle offre” aurait répondu le chef de l’autorité palestinienne.

“L’idée n’a pas été sur la table des négociations depuis 25 ans”

Un “oui” à double-sens, car une telle confédération serait probablement refusée en bloc par Israël. En sachant que la Jordanie est elle aussi fermement opposée à cette solution, que, selon Axios, “l’idée n’a pas été sur la table des négociations depuis 25 ans”, et que “c’est la première fois qu’un acteur de la région mentionne que les États-Unis explorent cette possibilité”, on peut se demande à quel jeu joue les Américains.

Une question d’autant plus légitime que les Etats-Unis viennent d’annoncer la fin de leur soutien financier aux réfugiés palestiniens, alors qu’ils étaient les principaux donateurs du fonds d’aide de l’ONU, l’UNRWA – provoquant une nouvelle fois la colère des Palestiniens. Comme si les USA de Trump devenaient des pompiers pyromanes, attisant les braises de l’opposition Israël-Palestine, bouchant les espoirs de solutions “à deux Etats” privilégiés par toute la région à l’exception d’Israël, tout en prétendant vouloir régler le conflit…

Réagir à cet article

XHTML: Vous pouvez utiliser les html tags: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Les actus en vidéo