Publié le : lundi 27 août 2018

Disparition : Kofi Annan, une vie au service de l’ONU et de la paix

Retour sur la carrière de Kofi Annan, décédé la semaine dernière à 80 ans. Le Ghanéen, secrétaire général de l’ONU entre 1997 et 2006, avait obtenu le prix Nobel de la Paix en 2001 et demeurera l’un des figures les plus respectées de l’organisation internationale.

Ce mercredi 15 août, Kofi Annan s’est éteint paisiblement, dans un hôpital de Berne, à l’âge de 80 ans. Né au Ghana en 1938, son nom restera associé à celui de l’ONU, où il a fait l’essentiel de sa carrière. Après avoir travaillé pour l’OMS, il était entré dans l’organisation internationale dès 1962, qu’il a servi durant plus de 40 années.

Il a d’abord dirigé les ressources humaines de l’ONU, puis les affaires budgétaires,avant d’être nommé en 1993 responsable du maintien de la paix. Quatre ans plus tard, il est élu secrétaire générale de l’organisation. Une double première : Kofi Annan est le premier secrétaire de l’ONU issu de l’Afrique subsaharienne et le premier à être issu de l’organisation. Il exercera deux mandats à ce poste, entre 1997 et 2006.

Cette période mouvementée a été marquée notamment par les  conflits au Darfour, au Soudan et surtout la guerre en Irak déclenchée par les États-Unis en 2003, qu’il a tout fait pour empêcher. Il a obtenu, en 2001, conjointement avec l’ONU, le prix Nobel de la Paix, pour récompenser son travail « pour un monde mieux organisé et plus pacifique ».

“Placer l’être humain au centre de tout ce que nous entreprenons”

« J’ai essayé de placer l’être humain au centre de tout ce que nous entreprenons : de la prévention des conflits au développement et aux droits de l’Homme » avait déclaré Kofi Annan en recevant son prix à Oslo. Très respecté, il demeure le secrétaire général de l’ONU le plus populaire durant ses années d’activité. A la fin de son mandat, il a poursuivi sa lutte pour la paix, à travers sa fondation.

A l’annonce de son décès, les hommages se sont multipliés : le président français Emmanuel Macron a rappelé “son regard calme et résolu”, et “la force de ses combats», son successeur Antonio Guterres, l’a décrit comme «une force qui guidait vers le bien».

Réagir à cet article

XHTML: Vous pouvez utiliser les html tags: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Les actus en vidéo