Publié le : mardi 12 juin 2018

Sommet Trump – Kim Jong-un : des promesses, et après ?

La rencontre “historique” a donc bien eu lieu entre le dirigeant nord-coréen et son bouillant homologue américain, ce matin, à Singapour. Au-delà des images pour les photographes et des promesses de dénucléarisation coté Kim Jong-un, qu’apportera ce sommet ?

Ce mardi 12 juin 2018, à Singapour, vers 3 heures du matin heure française, un dirigeant américain a rencontré, pour la première fois, un dirigeant nord-coréen. Les poignées de main, très attendues, entre Donald Trump et Kim Jong-un ont été immortalisées sur tous les supports possibles.

Cette rencontre, programmée, annulée puis programmée à nouveau, marque certes une réelle détente dans les relations diplomatiques entre deux pays encore peu à couteaux tirés. “Aujourd’hui, nous avons eu une rencontre historique et nous avons décidé de tourner la page du passé” a ainsi déclaré Kim Jong-un, quand Trump affirmait avoir noué une “relation très spéciale” avec son homologue nord-coréen, et que cette “rencontre fantastique” s’était déroulée “mieux que quiconque aurait pu imaginer”.

Ce sommet devrait également permettre, à terme, de mettre officiellement fin à la guerre de Corée, qui avait pris fin en 1953 par un armistice et non par un traité de paix, laissant Nord et Sud techniquement toujours en guerre.

Une dénucléarisation mise en oeuvre “très rapidement”

Mais, sur le dossier le plus brûlant, celui de la dénucléarisation de la Corée du Nord, des écarts sont apparus. Les Etats-Unis la réclamaient « complète, vérifiable et irréversible » ; le texte commun signé par les deux dirigeants affirme, plus modestement, que “Kim Jong Un a réaffirmé son engagement ferme et inébranlable en faveur d’une dénucléarisation complète de la péninsule coréenne”, qui sera mise en oeuvre “dans sa totalité” et “très rapidement”.

Tout optimiste doit être tempéré par une grande spécialité nord-coréenne, les promesses non tenues. Et ce d’autant plus que, dans cette rencontre, c’est bien Kim Jong-un qui, en terme d’image, sort gagnant :  “C’est une énorme victoire pour Kim Jong Un, qui a fait un véritable coup avec son face-à-face avec le président”, affirme ainsi Michael Kovrig, de l’International Crisis Group (ICG) à Washington.

Mais reste qu’une porte a été ouverte, un dialogue mis en place, qui laisse entrevoir l’espoir que, cette fois, la paix pourra être au bout du chemin.

 

Réagir à cet article

XHTML: Vous pouvez utiliser les html tags: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Les actus en vidéo