Publié le : lundi 4 juin 2018

Les indépendantistes catalans provoquent la chute de Mariano Rajoy

En Espagne, la levée de la mise sous tutelle de la Catalogne a provoqué une motion de défiance votée par le Parlement contre Mariano Rajoy – grâce aux voix des indépendantistes catalans. C’est le socialiste Pedro Sanchez qui va devoir former un gouvernement ultra-minoritaire.

Sa position ne tenait qu’à un fil. Le conservateur Mariano Rajoy, premier ministre espagnol jusque ce samedi 2 juin, savait son gouvernement minoritaire et menacé par la fin de la mise sous tutelle de la Catalogne.

La validation de l’élection de Quim Torra a la tête de la région autonome, après qu’il se soit publiquement désolidarisé des autonomistes les plus virulents, notamment tous ceux qui ont été arrêtés, a automatiquement mis fin à cette période de huit mois où la Catalogne est restée sous la tutelle de Madrid – avec pour conséquence la possibilité, pour les députés autonomistes catalans, de voter à nouveau au Parlement.

Leurs voix étaient celles qui manquaient pour valider la motion de défiance à l’encontre de Mariano Rajoy et porter au pouvoir le socialiste Pedro Sanchez.

Et même si ce dernier a soutenu Rajoy dans son entreprise de mise sous tutelle de la Catalogne et se montre très critique contre Quim Torra, qu’il traite de « Le Pen de la politique espagnole », ses positions sont plus proches des leurs – et leur haine de Rajoy particulièrement vivace.

“Parlons, occupons-nous du problème, prenons des risques”

« Ce n’est pas une motion pour le Parti socialiste [PSOE], mais contre le Parti populaire [PP] », a insisté la Gauche républicaine catalane (ERC). Pedro Sanchez semble d’ailleurs ouvert à un dialogue avec le Parlement Catalan, afin de sortir de cette crise catalane.

« Premier ministre Pedro Sanchez, parlons, occupons-nous du problème, prenons des risques, vous et moi », a ainsi déclaré Quim Torra.

Il reste cependant au nouveau premier ministre à former un gouvernement, qui ne devrait rassembler que des membres de son parti, et aucun membre de Podemos. Une alliance avec le parti anti-austérité aurait pu solidifier la position de Sanchez, dont le parti ne dispose que de 84 sièges sur 350, mais l’aurait forcé à gauchiser sa politique.

Il préfère faire cavalier seul. Rendant, de fait, son gouvernement d’une instabilité qui font douter qu’il conserve son poste jusqu’à la fin de la mandature, en 2020.

Réagir à cet article

XHTML: Vous pouvez utiliser les html tags: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Les actus en vidéo