Publié le : mardi 15 mai 2018

Mémoires d’un diplomate français sur la Chine

Claude Martin, grand diplomate français en Chine et en Europe, vient de publier ses mémoires, centrées sur son rapport à la Chine, et son regard aiguisé sur l’évolution de l’Empire du Milieu et de ses rapports avec la France. Une lecture enthousiasmante.

La diplomatie n’est pas un dîner de gala : le titre de l’ouvrage de Claude Martin, publié en mars 2018, plante vigoureusement le décors. Le diplomate y raconte son parcours, ses rencontres, sa carrière, mais en se concentrant sur la Chine.

A sa sortie de l’ENA, en 1964, le jeune homme de 20 ans est nommé à la première ambassade que le Général de Gaulle ouvre à Pékin, parce qu’il parle le mandarin, appris aux Langues Orientales. Tour à tour conseiller d’ambassade, directeur pour la Chine, puis ambassadeur en Chine, Claude Martin a suivi, accompagné puis dirigé les relations diplomatiques entre la France et la Chine. Même nommé en Europe, à la fin de sa carrière, il garde un oeil aiguisé sur l’Empire du Milieu.

Ses mémoires sont un outil formidable pour comprendre la Chine et ses spécificités, surtout avec le rôle central qu’a pris le pays, devenu une des plus grande puissance mondiale.

Claude Martin relate par exemple un épisode emblématique de la diplomatie chinoise, et dont les leçons demeurent valables. Peu après le massacre de Tiananmen, auquel Claude Martin, à l’époque ambassadeur, a assisté, le président français François Mitterrand déclare publiquement qu’un pays qui tire sur sa jeunesse “n’a pas d’avenir”.

“Fais bien comprendre cela en France. Ne cherchez pas à nous changer.”

Peu après cette déclaration, un militaire sermonne l’ambassadeur français : “La Chine est engagée dans de grandes réformes, mais sur les principes qui régissent l’ordre de sa société, elle ne changera pas. Fais bien comprendre cela en France. Ne cherchez pas à nous changer. Si vous nous respectez, nous pourrons avoir des rapports d’amitié.”

Trente ans après, Emmanuel Macron semble avoir retenu ces leçons en ne voulant pas critiquer publiquement la Chine, notamment sur la question des droits de l’homme. Claude Martin espère d’ailleurs que la France saura unir l’Union Européenne pour en faire un interlocuteur de choix pour la Chine – car c’est pour l’ancien ambassadeur la seule puissance à pouvoir discuter sereinement avec l’Empire du Milieu.

La fin du livre de Claude Martin reste cependant teintée des regrets d’une action diplomatique insuffisante : “Je livre aux amateurs de diplomatie un regard sur l’action de la France pendant cinquante ans dans une région du monde de plus en plus importante, et où malheureusement notre pays a de moins en moins d’influence, où sa voix est de moins en moins écoutée.”

 

Réagir à cet article

XHTML: Vous pouvez utiliser les html tags: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Les actus en vidéo