Publié le : mardi 10 avril 2018

Retour à la normale entre le Liban et l’Arabie Saoudite ?

La crise qui a secoué les rapports entre le Liban et l’Arabie Saoudite, suite à la démission du premier ministre libanais Saad Hariri, depuis Ryad, semble terminée : c’est du moins ce qu’affirme le président libanais Michel Aoun, en marge de la Conférence Cedre de soutien à l’économie libanaise, qui s’est tenue à Paris le 6 avril.

11 milliards de dollars : telle est la somme promise à l’économie libanaise pour l’aider à se moderniser dans les années à venir. L’aide prend la forme de 10,2 milliards de prêts et 860 millions en dons, dont 550 millions d’euros par la France. La Conférence Cedre, qui s’est tenu à Paris le 6 avril, a atteint son but : fournir de l’argent frais à un pays économiquement figé depuis le début de la guerre en Syrie en 2011, et l’arrivée sur son sol d’un million de réfugiés, alors que la population libanaise est de quatre millions d’habitants.

Le président libanais de 81 ans, Michel Aoun, a profité de l’occasion pour évoquer les grands sujets de la politique libanaise, qu’elle soit intérieure – relance d’une économie atone, nouvelles élections avec recours à la proportionnelle, lutte contre la corruption -, ou extérieure – retour prochain des combattants du Hezbollah (dont M. Aoun demeure très proche) partis se battre au coté des troupes de Bachar Al-Asad, ou volonté de faire rentrer en Syrie une majorité des réfugiés présents sur le sol libanais.

L’Arabie Saoudite est un “pays ami”

Mais M. Aoun a eu aussi des mots pour apaiser les supposées tensions entre le Liban et l’Arabie Saoudite : voici 5 mois, le premier ministre libanais, Saad Hariri, avait annoncé sa démission depuis Ryad, où il s’était réfugié, s’estimant menacé sur le sol libanais. Par la suite, il a révélé qu’il avait agi sous l’influence du prince héritier saoudien Mohamed Ben Salman, ce qui avait envenimé les relations diplomatiques entre les deux pays. Michel Aoun a fait mine de vouloir oublier cette affaire.

« Ce qui est arrivé il y a un certain temps, il y a des mois, était accidentel. C’est dû peut-être à quelqu’un qui a mal conseillé le prince Mohamed Ben Salman. Cette faute a été commise, c’est dépassé maintenant », a déclaré le président libanais. Il a ajouté que pour lui « les relations avec l’Arabie Saoudite reviennent à la normale”.
Preuve de la bonne volonté saoudienne : le pays a annoncé, durant la conférence Cedre, le renouvellement de sa ligne de crédit d’un milliard de dollars, un geste vu comme un “rapprochement” par M. Aoun, pour qui l’Arabie Saoudite demeure un “pays ami”.

 

 

Réagir à cet article

XHTML: Vous pouvez utiliser les html tags: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Les actus en vidéo