Publié le : mardi 19 décembre 2017

Afrique du Sud : Cyril Ramaphosa à la tête de l’ANC

Vainqueur d’une élection serrée, Cyril Ramaphosa est le nouveau président du Congrès national africain (ANC), le parti de Nelson Mandela, qui domine l’Afrique du Sud depuis 1994. Ancien bras droit de Mandela, ancien homme d’affaire, il veut incarner le renouveau après les scandales qui ont éclaboussé la tête de l’Etat sud-africain.

C’est un ancien proche de Nelson Mandela, qui se tenait à ses cotés à sa sortie de prison, et dont l’ancien président de l’Afrique du Sud voulait faire son successeur. Né dans un quartier pauvre de Soweto, Cyril Ramaphosa milite contre l’apartheid durant sa jeunesse, et fonde le syndicat national des mineurs (NUM), dont la grève contribue à affaiblir le régime.

Il est incontournable dans les années de transition, pour l’Afrique du Sud, de l’apartheid vers la démocratie, et semble taillé pour prendre la suite de Mandela. Les adhérents de l’ANC ayant, en 1997, préféré Thabo Mbeki, Cyril Ramaphosa quitte la politique pour se lancer dans les affaires, là encore avec succès.

Menant intelligemment et raisonnablement sa barque, il profite du Black Economic Empowerment (BEE), un système de discrimination positive mis en place par le gouvernement sud-africain, dont il devient de symbole. Dirigeant respecté et écouté, il devient l’un des hommes les plus riches du pays.

A l’écart des scandales de corruption et d’ingérence étrangère

Mais la politique lui reste chevillée au corps, et il est nommé, en 2012, vice-président de Jacob Zuma. Il reste à l’écart des scandales de corruption et d’ingérence étrangère qui ont éclaboussé la majorité des cadres du parti, à commencer par un président totalement discrédité. Il veut aujourd’hui incarner le renouveau, dans un pays appauvri et affaibli, qui a perdu confiance dans ses dirigeants.

Il vient d’être élu de quelques voix à la tête de l’ANC, en remplacement, justement, de Jacob Zuma – par 2 440 voix contre 2 261 pour Nkosazana Dlamini-Zuma, ancienne présidente de la commission de l’Union africaine et ex-épouse du président Jacob Zuma.

Jusqu’ici, le président de ce parti a systématiquement été élu à la tête de l’Afrique du Sud ; cela fait de Ramaphosa le favori de l’élection présidentielle de 2019. Mais l’attitude de l’ANC vis-à-vis de Zuma sera une des clés de cette échéance brûlante pour le pays.

 

 

Réagir à cet article

XHTML: Vous pouvez utiliser les html tags: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Les actus en vidéo