Publié le : lundi 18 décembre 2017

Soutien accru pour G5 Sahel, la coalition militaire anti-terroriste

Emmanuel Macron, au terme d’une réunion en France, a obtenu un soutien financier et politique pour G5 Sahel, la coalition militaire anti-terroriste africaine constituée en juillet, agissant au Mali, au Niger et au Burkina Faso.

Le mercredi 13 décembre, Emmanuel Macron a reçu à La Celle-Saint-Cloud (Yvelines) les présidents Ibrahim Boubacar Keïta (Mali), Roch Kaboré (Burkina Faso), Idriss Déby (Tchad), Mahamadou Issoufou (Niger) et Mohamed Ould Abdelaziz (Mauritanie), ainsi que des représentants de l’Union Européenne, de l’Union Africaine, des Etats-Unis, de l’Arabie Saoudite et des Emirats Arabes Unis, ainsi que les chefs des gouvernements belge, italien et allemands.

Cette réunion voulait acter le financement et le soutien politique à la nouvelle force militaire anti-terroriste, constituée en juillet par le Mali, le Tchad, le Niger, le Burkina Faso et la Mauritanie. Nommée “G5 Sahel”, son objectif déclaré est de combattre les groupes djihadistes dans la bande sahélo-saharienne, et notamment dans la zone clé dite “des trois frontières », à la croisée des territoires malien, nigérien et burkinabé.

Cette force devrait disposer, dès mars 2018, de 5 000 hommes ; elle dispose d’un quartier général à Sévaré, au Mali, et a déjà effectuée sa première mission. Dotée d’un budget de fonctionnement de 400 millions d’euros annuel, elle vise à permettre un désengagement progressif de la France dans cette zone.

“Accélérer les dons et les convertir en équipements”

Au-delà d’une réelle légitimité politique, cette réunion a acté des soutiens financiers d’importance pour le G5 Sahel. L’Arabie saoudite participera à hauteur de 100 millions d’euros, les Emirats Arabes Unis de 30 millions d’euros. L’Union Européenne et les Etats-Unis se sont engagés chacun sur une somme de 50 millions d’euros, la France sur 8 millions et les Pays-Bas sur 5. Chacun des 5 pays participant à la coalition la financera à hauteur de 10 millions d’euros.

Les Ministres de la Défense des cinq pays sahéliens et de leurs partenaires ont par ailleurs prévu de se réunir début janvier « pour finaliser les arrangements techniques permettant d’accélérer les dons et de les convertir en équipements ».

 

Réagir à cet article

XHTML: Vous pouvez utiliser les html tags: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Les actus en vidéo