Publié le : samedi 9 janvier 2016

Libye : au lendemain d’attentats meurtriers, l’UE fait pression pour un retour à la stabilité politique

Les Européens ont exigé vendredi des responsables libyens une accélération dans la mise en place d’un gouvernement national, s’inquiétant notamment de l’influence croissante de Daech dans le pays et la multiplication des attentats.

A Tunis, Federica Mogherini a indiqué que l’Europe souhaitait se montrer unie pour encourager les efforts en vue d’une solution politique.

La Chef de la diplomatie européenne s’exprimait au sortir de son entrevue avec le Premier ministre désigné Fayez el-Sarraj, et avant des entretiens avec d’autres responsables libyens qui ont fait le déplacement en Tunisie.

Les Occidentaux craignent que le déséquilibre politique en Libye ne renforce l’influence de l’EI dans le pays.

La Libye est divisée entre deux pouvoirs rivaux et une multitude de factions et milices, et malgré le danger que représente l’EI, les différents groupes politiques ne font que rester « focalisés sur la lutte pour le pouvoir », comme le rappelle l’expert Mohamed Eljarh, du Centre Rafic Hariri pour le Moyen-Orient situé à Washington.

Si un accord aménageant un gouvernement d’union a bien été signé sous la direction de l’ONU le 17 décembre dernier par plusieurs membres des deux Parlements, il doit encore être entériné le 17 janvier. Par ailleurs, de nombreux points de désaccords persistent entre certains membres de chaque camp.

Mais l’urgence de la situation pourrait définitivement convaincre ces derniers, au lendemain de l’attentat le plus meurtrier qu’a connu la Libye depuis la révolte qui fait chuter Mouammar Kadhafi en 2011.

Plus d‘une cinquantaine de personnes ont péri lors d’un attentat suicide au camion piégé dans l’école de police de Zliten, située à 170 km à l’est de Tripoli.

L’attaque n’a pas encore été officiellement revendiquée, mais l’EI a reconnu être à l’origine d’un autre attentat suicide qui a coûté la vie à six personnes à l’entrée de la ville de Ras Lanouf (est), dont l’économie repose essentiellement sur le pétrole.

L’ONU, les Etats-Unis et l’UE sont au diapason concernant l’idée d’extrême urgence d’un retour à la stabilité politique en Lybie. Vendredi, Mme Mogherini a rappelé que l’accord mis en place prochainement est la seule solution en vue d’à nouveau unir les Libyens, et combattre le terrorisme efficacement avec les forces libyennes.

Réagir à cet article

XHTML: Vous pouvez utiliser les html tags: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Newsletter

Les actus en vidéo