Publié le : vendredi 30 octobre 2015

Syrie : le régime, les groupes d’opposants et les Kurdes pillent également les sites archéologiques

Une étudie diffusée la semaine dernière affirme que le groupe Etat islamique (EI) ne serait pas le seul à détruire des sites archéologiques en Syrie. Le régime syrien lui-même, mais également des groupes d’opposition, commettent aussi de nombreuses destructions du patrimoine antique du pays.

Une étude basée sur des images satellites

Ce rapport achevé par un spécialiste d’archéologie du Moyen-Orient de l’université de Dartmouth, dans le nord-est des Etats-Unis, qui s’appuie sur l’analyse des données satellites de 1 300 sites (sur 8 000) en Syrie, vient d’être publié par le journal Near Eastern Archaeology.

Selon Jesse Casana, professeur associé de l’université américaine, le groupe EI ne serait pas le seul à pratiquer le pillage de site archéologique en Syrie. Les données satellites récupérées prouvent qu’il s’agirait en réalité d’une pratique très courante dans ce pays.

Les images satellites montrent notamment que 26% des sites ont été pillés dans des zones contrôlées par les Kurdes ou d’autres opposants, 16,4% dans des régions encore sous le contrôle du régime et 21,4% dans des territoires tenus par l’EI.

Toutefois, l’étude rapporte que le niveau des dégradations reste mineur dans les régions contrôlées par les Kurdes, alors l’EI, de son côté, se livre à des destructions plus soutenues. Les données indiquent que 42,7% des dégradations causées par l’EI peuvent être qualifiées de « lourdes », tout comme 22,9% de celles situées dans les zones du régime, 14,3% des groupes d’opposition et 9,4% basées à l’intérieur des sites tenus par les Kurdes.

Réagir à cet article

XHTML: Vous pouvez utiliser les html tags: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Les actus en vidéo