Publié le : mercredi 5 novembre 2014

Victor Ponta en tête du premier tour de la présidentielle, après des élections critiquées

Le premier tour de la présidentielle en Roumanie a vu le chef du gouvernement social-démocrate Victor Ponta terminer en tête, environ dix points devant son principal adversaire, le conservateur Klaus Ihoannis. Mais l’organisation du scrutin dans certaines zones urbaines laissait visiblement à désirer, et certains citoyens n’ont pas pu voter.

 

2014_06_03_iohannisvsponta_rsz_crp

 

Le Premier ministre social-démocrate Victor Ponta arrive en tête du premier tour de l’élection présidentielle dimanche en Roumanie, selon des sondages réalisés à la sortie des bureaux de vote par quatre instituts. Il recueille entre 41,5 et 38,2% des suffrages, contre 32,1 à 31,2% pour son adversaire de droite Klaus Iohannis, issu de la minorité allemande.

Le principal parti de gauche est néanmoins loin de crier victoire, car la partie n’est pas encore gagnée. Les socialistes se souviennent qu’en 2004 et en 2009, ils étaient donnés favoris avant de perdre les élections lors du deuxième tour. Dimanche 16 novembre, le second tour s’annonce donc serré.

Le candidat de centre droit pourrait bien l’emporter s’il arrive à regrouper les votes de droite éparpillés dans une multitude de partis. L’actuel Premier ministre mettra en avant son bilan, comme l’économie du pays a connu un regain durant son mandat, et qu’il a pu alléger les politiques l’austérité.

Klaus Iohannis, quant à lui, attaquera Victor Ponta sur les affaires de corruption qui touchent plusieurs hauts responsables du Parti social-démocrate. Il a appelé « les Roumains qui ne veulent pas accorder tout le pouvoir à un seul parti à [le] soutenir. » En effet, en cas de victoire de Victor Ponta, les sociaux-démocrates contrôleraient tous les organes du pouvoir. Cela fait craindre à certains observateurs une dérive anti-démocratique.

L’organisation du scrutin dans les zones urbaines, ainsi que pour les roumains demeurant à l’étranger, a fait l’objet de vives critiques. De longues files d’attente se sont formées à certains bureaux et beaucoup de Roumains n’ont pas pu exprimer leur choix. Quelques centaines de manifestant sont descendus dans les rues à la fermeture des bureaux afin d’exprimer leur mécontentement.

Réagir à cet article

XHTML: Vous pouvez utiliser les html tags: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Newsletter

Les actus en vidéo