Publié le : mardi 3 avril 2018

Crise russe : Moscou expulse 58 diplomates occidentaux, dont 4 Français

Les répercutions de l’empoisonnement de l’ancien espion russe continuent de tendre la crise diplomatique entre la Russie et l’occident : Moscou vient de renvoyer 58 diplomates occidentaux, en majorité européens, dont 4 Français – après avoir fait de même avec 60 diplomates américains et 23 diplomates britannique.

En réaction de soutien au Royaume-Uni, estimant la Russie coupable de l’empoisonnement d’un ancien espion russe et de sa fille sur le sol britannique, de nombreux pays occidentaux avaient renvoyés des diplomates russes, au nombre de 140 – les Etats-Unis étant, de loin, les plus virulents en la matière, avec pas moins de 60 renvois.

Moscou avec répondu qu’une riposte « symétrique » serait programmée, expulsant autant de diplomates, d’importances équivalentes, que chaque pays occidental en avait renvoyés. La Russie a tenu parole : après avoir expulsé, plus tôt dans la semaine, 60 diplomates américains puis 23 diplomates britanniques, Moscou a annoncé le renvoi, le 30 mars 2018, de 58 nouveaux diplomates, appartenant à divers pays, essentiellement de l’Union Européenne.

En tout, près de 300 diplomates ont été expulsés, une chiffre jamais atteint, même au plus rude de la Guerre Froide. Moscou a cependant affirmé ne pas vouloir d’escalade, en s’en tenant à cette réciprocité.

Signal d’apaisement et de faveur vis-à-vis de la France ?

Des analystes estimait que, dans l’attente du voyage d’Emmanuel Macron en Russie, la France serait peut-être épargnée de cette vague de ripostes. Il n’en a rien été : ce sont bien 4 diplomates français que la Russie vient de renvoyer, le général à la tête de la mission militaire, le chef de Business France, tous les deux de Moscou, le consul général à Ekaterinbourg et le directeur du collège universitaire français à Saint-Pétersbourg.

Seule prise en compte du cas particulier français : trois des quatre expulsions russes sont de même rang que les expulsions françaises, respectant la règle de réciprocité, mais le renvoi du directeur du collège universitaire français à Saint-Pétersbourg est un niveau en dessous par rapport au renvoi du consul russe à Marseille. De quoi voir, à l’ambassade de France à Moscou, un signal d’apaisement.

 

Réagir à cet article

XHTML: Vous pouvez utiliser les html tags: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Les actus en vidéo