Publié le : mardi 20 mars 2018

Union Européenne : la contestation gronde contre Jean-Claude Junker

Alors qu’il devra répondre, en avril, de la nomination de Martin Selmayr au poste de secrétaire de la Commission Européenne, le président de cette dernière, Jean-Claude Junker, fait face à une nouvelle attaque venu de l’intérieur : la médiatrice de l’Union l’accuse de laxisme dans la gestion du lobbying supposé de José Maria Barroso, ancien président de la Commission passé chez Goldman Sachs.

Début mars, les eurodéputés ont remis en question la nomination, trop rapide et unilatérale, de Martin Selmayr, bras droit du président de la Commission Européenne Jean-Claude Junker, au poste de secrétaire de cette dernière Commission. En avril, un vote en plénière au parlement statuera sur cette affaire.

Mais une nouvelle polémique secoue la Commission Européenne et son président. En cause : José Maria Barroso, ancien président de cette Commission, qui a été depuis engagé par la banque d’affaire Goldman Sachs, provoquant un petit scandale au sein de l’Union – malgré un manque d’engagement de Jean-Claude Junker à ce sujet. Devant la levée de boucliers, Barroso avait promis de ne pas faire de lobbying auprès de la Commission.

Ne pas saper « la confiance que les citoyens portent en l’UE »

Or, en octobre 2017, Barroso a justement rencontré l’un des vice-présidents de la Commission, le Finlandais Jyrki Katainen. Une entrevue qui a toutes les apparences du lobbying. Ce 15 mars, la médiatrice de l’Union Européenne, l’Irlandaise Emily O’Reilly, a violemment attaqué Jean-Claude Junker, insistant pour que la Commission rappelle Barroso à l’ordre et réexamine son emploi chez Goldman Sachs.

« Les anciens commissaires ont le droit d’occuper un poste mais, en tant qu’anciens fonctionnaires, ils doivent également veiller à ce que leurs actions ne sapent pas la confiance que les citoyens portent en l’UE » a notamment déclaré la bouillante médiatrice. Nommer un proche trop vite, ne pas réagir quand un ancien président dépasse une ligne blanche : dans les couloirs de la Commission Européenne, la position du président Junker commence à se fragiliser.

Réagir à cet article

XHTML: Vous pouvez utiliser les html tags: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Les actus en vidéo