Publié le : lundi 19 mars 2018

Ex-espion russe empoisonné : l’Occident au soutien du Royaume-Uni

Les Etats-Unis, l’Allemagne et la France ont signé avec le Royaume-Uni une déclaration jugeant la Russie responsable de l’empoisonnement de l’ex-espion russe Sergueï Skripal et de sa fille. Une prise de position courageuse, qui renforce encore la crise diplomatique.

Certains parlent de retour de la guerre froide : l’empoisonnement, le 4 mars 2018, de Sergueï Skripal, un ancien espion russe rallié au Royaume-Uni, et de sa fille, à Salisbury, ravive les tensions entre les puissances occidentales et la Russie.

L’agent neurotoxique employé est d’un type militaire, d’un type que la Russie fabrique. Si Moscou continue de nier toute implication, le Royaume-Uni estime la Russie pleinement responsable de cette tentative d’assassinat : en réaction, Theresa May a gelé les relations bilatérales avec la Russie et a ordonné le renvoi de 23 diplomates russes.

Les alliés occidentaux du Royaume-Uni viennent de lui apporter un soutien de poids : un communiqué commun a été rédigé, signé des quatre noms d’Emmanuel Macron, président de la République Française, d’Angela Merkel, chancelière de l’Allemagne, de Donald Trump, président des Etats-Unis, et de Theresa May, première ministre du Royaume-Uni.

« Hautement probable que la Russie soit responsable de l’attaque »

« Nous, les chefs d’Etat et de gouvernement de la France, de l’Allemagne, des Etats-Unis et du Royaume-Uni, exprimons notre consternation après l’attaque contre Sergueï et Ioulia Skripal. Le Royaume-Uni a informé en détail ses alliés sur le fait qu’il était hautement probable que la Russie soit responsable de l’attaque. Nous partageons le constat britannique qu’il n’y a pas d’autre explication plausible », affirme sans ambigüité ce communiqué.

En face, la Russie continue d’accuser le gouvernement britannique de chercher à détourner l’attention des vrais problèmes du pays. Mais cette attitude dissimule mal une tension et une crise diplomatique qui ne cessent de grandir, et dont les conséquences demeurent aussi difficiles à prévoir qu’inquiétantes.

Réagir à cet article

XHTML: Vous pouvez utiliser les html tags: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Les actus en vidéo