Publié le : mardi 5 décembre 2017

Les Etats-Unis quittent la pacte mondial de l’ONU sur les réfugiés

Après l’accord de Paris sur le climat et l’UNESCO, les Etats-Unis de Donald Trump viennent de claquer la porte d’un troisième accord international d’envergure : le pacte mondial de l’Organisation des Nations Unies (ONU) sur l’accueil des migrants et des réfugiés. Une étape de plus dans la politique isolationniste menée par le nouveau président.

« Aucun pays n’a fait plus que les Etats-Unis et notre générosité perdurera. Mais nos décisions sur les politiques d’immigration doivent toujours être prises par les Américains et les seuls Américains. Nous déciderons de la meilleure manière de contrôler nos frontières et qui sera autorisé à entrer dans notre pays. L’approche mondiale de la Déclaration de New York est juste incompatible avec la souveraineté américaine. »

Le communiqué de l’ambassadrice américaine aux Nations unies, Nikki Haley, a le mérite de la clarté. Les Etats-Unis viennent en effet de quitter le pacte sur l’accueil et l’aide au retour des réfugiés et des migrants mis en place par l’ONU.

Signée en septembre 2016 par la totalité des 193 Etats affiliés à l’ONU, la « Déclaration de New York pour les réfugiés et les migrants » doit déboucher en 2018 sur un pacte mis en place par le haut-commissaire aux réfugiés de l’ONU, offrant un cadre pour améliorer la gestion des flux migratoires mondiaux.

Une volonté de se couper de tout engagement international

Et si les Etats-Unis ont assuré qu’ils continueraient de soutenir les réfugiés, ils ne veulent être tenu par aucun engagement. Après l’accord de Paris et l’Unesco, c’est un nouveau retrait d’importance pour l’Amérique de Donald Trump, qui se referme de plus en plus sur elle-même. Une politique isolationniste qui risque de toucher rapidement ses limites.

Réagir à cet article

XHTML: Vous pouvez utiliser les html tags: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Les actus en vidéo