Publié le : vendredi 1 décembre 2017

Tournée asiatique de Trump : beaucoup de contrat, pas d’avancée diplomatique

Comme on pouvait s’y attendre, la tournée de Donald Trump en Asie, qui s’est achevée mi-novembre, a permis au président américain de négocier de nombreux contrats, tout en soignant sa popularité, tant auprès des dirigeants que des populations locales. Mais concernant la diplomatie, notamment sur la question de la Corée du Nord, ou les accords commerciaux, le bilan est nettement plus mitigé.

Au retour de son voyage de douze jours en Asie, Donald Trump pouvait bomber le torse : son style a plu, les populations, notamment chinoise, ont apprécié l’homme, ses relations se sont apaisées avec la plupart des dirigeants qu’il a rencontré, qu’il s’agisse de Shinzo Abe, le Premier ministre japonais, de Rodrigo Duterte, le chef de l’Etat philippin ou même de Xi Jinping, qui s’est détendu depuis que Donald Trump a arrêté d’accuser la Chine de tous les maux.

Parallèlement, l’homme d’affaire qu’est resté Donald Trump a su convaincre ses partenaires des bienfaits du made in USA : il a signé pour 250 milliards de contrats, se félicitant sans cesse de protéger les intérêts et les emplois américains, comme si sa tournée ne visait que cela. Il s’est par exemple étonné, face aux autorités vietnamiennes, que le pays choisisse de s’approvisionner en arme auprès de Moscou, rappelant d’un ton jovial : « Nous ne sommes plus ennemis ! »

Statu quo sur la Corée du Nord

Mais cette réussite ne masque pas un bilan diplomatique plus terne. Sur la question de la Corée du Nord, rien n’a bougé, les positions chinoises notamment sont restées figées. Un éventuel embargo sur le pétrole, qui pourrait faire plier Pyongyang, n’est toujours pas à l’ordre du jour, et le soutien officieux de la Chine semble rester acquis à la Corée du Nord.

Commercialement également, au-delà des contrats signés, cette tournée n’a rien apporté, au contraire. Les Etats-Unis ont décidé de quitter le TPP, un grand accord de libre-échange transpacifique, en janvier, pour protéger les emplois américains. Les onze autres membres ont ratifiés cet accord durant la tournée américaine de Trump : Canada, Mexique, Chili, Pérou, Japon, Malaisie, Vietnam, Singapour, Brunei, Australie et Nouvelle-Zélande pourraient d’ailleurs prochainement être rejoints par la Corée du Sud, la Thaïlande et les Philippines. Créant de fait une entité économiquement puissante et dynamique. Sans Trump et son America First, bloqué sur une stratégie du court terme.

Réagir à cet article

XHTML: Vous pouvez utiliser les html tags: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Les actus en vidéo