Publié le : samedi 23 septembre 2017

Cotisations sociales : les employeurs allemands mieux lotis que leurs voisins français

Les économistes de Coe-Rexecode notent que les prélèvements à la charge des entreprises sont supérieurs de 185 milliards d’euros à ceux pratiqués en Allemagne. Ce déséquilibre est dû en majeure partie aux cotisations sociales à la charge des employeurs.

Un écart de 185 milliards

Coe-Rexecode ont comparé le niveau des prélèvements obligatoires à la charge des patrons allemands et français. Sans surprise, ces derniers sont plus importants de ce côté du Rhin, même si les économistes n’ont pas pris la peine d’ajouter à leur calcul le crédit d’impôt, une pratique largement présente en France alors qu’elle est inexistante en Allemagne.

Ainsi, selon leurs calculs, effectués pour l’année 2015, le taux de prélèvements obligatoires représentait 45,9 % du PIB dans l’Hexagone, contre 38,8 % chez le voisin allemand.

En terme de montant, cela représente un surplus de 185 milliards d’euros sur un an pour la France.

Toutefois même si cet écart paraît significatif, les économistes précisent qu’il existe une différence de structure des cotisations sociales : alors qu’elle est largement à la charge des employeurs en France, en Allemagne, leur paiement incombe aux employés.

Réagir à cet article

XHTML: Vous pouvez utiliser les html tags: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Les actus en vidéo