Publié le : dimanche 6 août 2017

Corée du Nord : un avion Air France passe au-dessus d’une zone de tir

Les essais balistiques menés par Pyongyang peuvent avoir des conséquences dramatiques sur le plan sécuritaire. Le 28 juillet dernier, un Boeing reliant Tokyo à Paris a survolé la mer du Japon, dans une zone où un missile nord-coréen s’était écrasé peu avant.

Aucun incident à déplorer, annonce Air France

Ce vendredi 28 juillet, un avion de la compagnie Air France a effectué un trajet au-dessus d’une zone où un missile nord-coréen s’était écrasé quelques minutes plus tôt, selon ABC News. Au moment de l’impact, l’avion de la compagnie française et ses 332 passagers n’étaient qu’à une centaine de kilomètres.

Air France a tenu à tempérer sur la situation auprès d’ABC News, indiquant que les zones de tests balistiques de la Corée du Nord n’interfèrent d’aucune manière avec ses vols.

Selon la compagnie, aucun incident n’a été signalé durant ce vol, précisant qu’elle effectue ses vols en coopération avec les autorités, analysant notamment les zones de survol qui présenteraient un danger et adaptant ensuite ses plans de vols.

Néanmoins, des spécialistes estiment que le risque de collision entre un avion et un missile n’est pas à écarter. Un pilote d’avion basé à Hong-Kong explique ainsi à CNN qu’un missile n’est pas un objet qu’il est possible de détecter comme pourrait l’être un autre avion. Selon lui, les activités balistiques de Pyongyang sont « une grande menace ».

La Corée du Nord a annoncé ce samedi 29 juillet qu’un tir de missile balistique inter-continental (ICBM) avait été effectué la veille. Un tir opéré avec une version améliorée du Hwasong-14 ICBM, qui a au final aura parcouru 998 kilomètres en 47 minutes, le tout à une altitude de 3.724 mètres.

Réagir à cet article

XHTML: Vous pouvez utiliser les html tags: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Les actus en vidéo