Publié le : samedi 18 juin 2016

Fukushima : la gravité de l’accident sciemment minimisée par l’ancien président de la Tepco

j27_13787233C’est désormais officiel, la compagnie Tepco a intentionnellement menti sur la gravité de l’accident nucléaire de Fukushima durant les premiers jours.

Selon les estimations, il faudra plus de 40 ans pour démanteler le site nucléaire de Fukushima, et peut-être autant d’année, voire plus, pour connaître l’entière vérité sur la catastrophe. Un nouveau rapport diffusé cette semaine fait cependant un peu plus la lumière sur la gestion de la crise par la Tepco, en annonçant qu’elle aurait caché des informations sur ce drame qui a traumatisé toute une nation, et forcé à la fuite près de 160 000 personnes.

« Fusion des cœurs de réacteurs »

Le patron de Tokyo Electric Power (Tepco) à l’époque, L’ancien dirigeant de la Tokyo Electric Power (Tepco), Masataka Shimizu, aurait donc exigé de ses équipes qu’elles n’emploient pas le terme de « fusion des cœurs de réacteur » pour qualifier le risque encouru, selon un rapport de 70 pages en japonais diffusé ce jeudi, et commenté par ses trois auteurs, des avocats.

Ces derniers ont ainsi entendu 70 protagonistes, qui ont tous expliqué que Masataka Shimizu avait explicitement indiqué par l’intermédiaire d’une note transmise à son bras droit de ne pas mentionner les termes de « fusion des cœurs de réacteur ».

Le directeur adjoint en question, Sakae Muto, a reconnu avoir reçu ces instructions, qui ont également été enregistrées sur bande-vidéo.

Le président du comité rapporteur, Yasuhisa Tanaka, a précisé qu’il était difficile d’avoir la version de M.Shimizu, mais que M.Muto avait bel et bien confirmé avoir reçu cette note.

Réagir à cet article

XHTML: Vous pouvez utiliser les html tags: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Les actus en vidéo